“J'ai toujours rêvé d'être une sirène”

Deux jours par semaine, Estelle plonge dans la peau d'Ondine, la sirène. / © Estelle
Deux jours par semaine, Estelle plonge dans la peau d'Ondine, la sirène. / © Estelle

Née aux États-Unis, cette discipline est en plein essor en France. Estelle suit un entraînement adapté à cette pratique, qui comprend une base solide d'apnée et de la natation en mono-palme.

Par Coralie Chaillan avec Denise Delahaye

Dans les profondeurs, elle ressent une liberté totale, une communion avec la mer, l'océan.

Une sensation de lacher prise.

 
Estelle ne se produit pas en public. Elle plonge pour le plaisir. / © Estelle
Estelle ne se produit pas en public. Elle plonge pour le plaisir. / © Estelle


Sans surprise, pour Estelle l’envie de devenir une sirène est née grâce à Walt Disney et son Ariel.

Quand j'ai eu une vingtaine d'années, j'ai cherché à savoir si ce rêve était réalisable. Et j’ai découvert Hannah Fraser, la première sirène professionnelle. C’est elle qui a lancé le « mermaiding » aux Etats-Unis. 

Le mermaiding, c’est l’expression anglo-saxonne qui définit l’activité de sirène.
 

A l'époque, Estelle se lance en quête de costumes de sirènes. Infructueux en France. Une fois encore, c'est au Etat-Unis que la jeune femme trouve son bonheur. Elle commande sa première nageoire, en ligne. Eté 2012, elle assume et l'embarque avec elle à la plage. 

Au début, quand j'allais nager à la mer avec ma nageoire, les gens me regardaient d'un air interloqué ! 

Aujourd'hui, selon elle, les sirènes surprennent moins. Il existe une véritable communauté internationale du "mermaiding" et des formations spécifiques.

Estelle n'a pas l'intention de devenir professionnelle. Pour cette nounou, de 34 ans, être sirène est un loisir. Un plaisir de l'immersion qu'elle partage avec d'autres passionnés. Peut-être vous arrivera-t-il, un jour, de les appercevoir au large de Hyères, à l'occasion d'une de leurs escapades des profondeurs. 

La première fois que j'ai plongé avec une autre sirène, c'était en 2014, grâce à des pages de communauté sur facebook.

Depuis 2018, Estelle est aussi la modératrice de la page Atlantica, dédiée aux "amoureux de l'Océan"!

Hyères, là où naissent les sirènes


Estelle s'entraîne 2 jours par semaine, à l'école internationale d'apnée de Hyères qui forme les sirènes et les tritons. Se mouvoir sous l'eau, le plus longtemps possible, équipé d'une nageoire caudale nécessite un apprentissage qui comprend une base solide d'apnée et de la natation en mono-palme.



Jean-Luc Casares, diplômé de la FFESSM, instructeur AIDA et PADI, a créé l'école internationale d'apnée de Hyères en 2015.

Aux côtés d'une autre sirène française, Lexie, il apparaît dans un court métrage intitulé : "La sirène et l'apnéiste :  un amour aquatique"; numéro 1 du court-métrage 2018 du festival de l'image sous-marine à Marseille.
 




 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus