Oui, il est possible de récolter ses olives et de les apporter au moulin malgré le confinement

La récolte des olives est précoce, cette année. Dans la vallée des Baux de Provence, elle a par exemple débuté mi-septembre. L'activité oléïcole étant actuellement à son pic, on fait le point pour savoir s'il est possible de se rendre au moulin.

Les olives du Var sont toujours réputées.
Les olives du Var sont toujours réputées. © FTV
C'est la saison ! Les olives sont nombeuses à se confiner dans les arbres en ce moment. Mais peut-on se rendre au moulin à huile pour apporter ses petits trésors de notre région si on est un particulier ?
Si récolte semble assez maigre cette année, la question se pose avec le confinement en cours. Si la qualité est au rendez-vous, ce ne sera pas une année exceptionnelle, en terme de production.

A La Londe les Maures dans le Var, ce moulin a par exemple repris son activité pour la transformation des olives le 5 octobre dernier :Reportage au moulin Castelas, aux Baux de Provence. La récolte qui se faisait autrefois en novembre, est cette année encore plus tôt dans le calendrier.

C'est la première fois que l'on commence aussi tôt. Depuis le 15 septembre, c'est la première fois en 20 ans de récolte... Si des gens ont des doutes sur réchauffement climatique, moi non !

Jean-Benoit Hugues, oléïculteur


Si le statut d'agriculteur n'est pas soumis au confinement et permet de continuer à travailler, il n'en allait pas de même pour les non-professionnels. Ils sont pourtant nombreux, ces particuliers propriétaires de cet arbre emblématique de la région Provence Alpes Côte d'Azur.

Plus des deux tiers de la profession est ainsi concernée. C'est pourquoi la filière oléicole a demandé en urgence aux pouvoirs publics une dérogation pour permettre procéder aux récoltes.
 

Leur interdiction de déplacement aurait pour conséquence une perte très importante de production d’huile d’olive et bien sûr un impact économique catastrophique pour les moulins et la filière,

Selon la chambre d'agriculture du Var

L'association interprofessionnelle a officialisé a possibilité pour les particuliers de récolter leurs olives et de les apporter au moulin.
Pour limiter au maximum les contacts, certains moulins instaurent cette année des horaires pour la réception des olives et la restitution de l’huile. 

Au moulin Rovera à Draguignan, les régles sanitaires sont aussi très strictes :

Pour tout apport de plus de 150 kg d’olives, il faut systématiquement déposer des récipients marqués avec le nom en même temps que les olives, ceci afin de fluidifier la restitution ultérieure de l’huile et limiter l’attente dans nos locaux. 

Alfred Rovera, un des plus anciens mouliniers de France encore en activité.

Et sur mon attestation, je mets quoi ?

Ce n'est pas encore un sport, ni un moment médical alors, que remplir sur l'attestation dérogatoire de sortie ? 

Il vous faut cocher la première case de l'attestation de sortie : le déplacement pour raison professionnelle. Car oui, les olives et l’huile d’olive sont des produits alimentaires de première nécessité issue d’une production agricole donc il est possible de récolter ces fruits et les apporter au moulin ou chez un confiseur entrent dans les motifs autorisés de déplacements prévus à l’article 4 du décret du 29 octobre 2020.

Il est également possible de télécharger l'attestation de récolte sur le site France Olive.

Les oléiculteurs disposant d’un numéro SIRET remplissent, quant à eux, le justificatif de déplacement professionnel.

Comme d 'autres commerces, les moulins proposent quand ils ont des boutiques de se procurer leurs produits en ligne :
  "Etant un commerce alimentaire nous sommes effectivement autorisés à ouvrir, et comme pour beaucoup d'artisans il en va de la survie de notre entreprise ! De plus nous avons mis en place un système d'accueil respectant les normes gouvernementales afin de protéger nos employés comme nous clients", précise le mouliin d'Opio dans les Alpes-Maritimes.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie confinement santé société coronavirus/covid-19 agriculture