• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Prudence dans le Var et les Bouches-du-Rhône : le risque de feu de forêt est “très sévère”

Incendie sur le Camp de Canjuers ce mardi 2 juillet dans le Var. / © SDIS 83
Incendie sur le Camp de Canjuers ce mardi 2 juillet dans le Var. / © SDIS 83

Les pompiers du Var et des Bouches-du-Rhône appellent à la vigilance. La plupart des massifs forestiers sont à un niveau de risque presque maximal ce vendredi 12 juillet.

Par Michel Bernouin

Après des semaines de fortes chaleurs, les pompiers du Var sont en alerte… et ils appellent à la prudence. Ce vendredi, le risque de feu atteint le niveau "très sévère" dans sept massifs forestiers varois : les Monts Toulonnais, la Corniche des Maures, les Maures, la Sainte-Baume, le centre Var, le Haut Var et les îles d’Hyères.
 

Le risque est moins élevé mais toujours présent sur le plateau de Canjuers (risque "sévère"), déjà victime d’un incendie le 2 juillet au nord de Châteaudouble, et dans l’Estérel (modéré)

La préfecture du Var rappelle que "la fréquentation du public pendant la période estivale est un facteur aggravant le risque de feux de forêt".

Depuis le 1er juin, il est interdit à toute personne de porter ou d'allumer du feu en forêt et à moins de 200 mètres des massifs forestiers.


En période de risque "très sévère", le préfet précise que "des contrôles d'identité et des fouilles de véhicules peuvent être menées par la gendarmerie sous réquisition des procureurs de la République".
 

Randonnées et travaux forestiers interdits dans les Bouches-du-Rhône aussi


Le risque d'incendie étant jugé sévère, plusieurs massifs des Bouches-du-Rhône sont interdits d'accès toute la journée du vendredi 12 juillet : la Montagnette, Rougadou, les Alpilles, Chambremont, la Colline de Barjaquets, l'Artois, la Côte Bleue, les Calanques, la Marcouline et le Cap Canaille. De même, les travaux forestiers, qui pourraient entraîner un départ de feu, ne sont pas autorisés.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus