Démission du maire de Saint-Tropez : "je ne suis plus en mesure de répondre aux exigences physiques"

Le maire de Saint-Tropez Jean-Pierre Tuveri a annoncé qu'il démissionnait vendredi 30 octobre de son mandat de maire. Il avait été réélu en juin dernier. A 81 ans, il ne se sentait plus capable physiquement de tenir le rythme imposé par la vie politique. C'était son 3ème mandat. 

Jean-Pierre Tuveri, le 5 mars 2008 devant le port de Saint-Tropez (Var), Il a décidé de démissionner de ses fonctions de maire le 30 octobre 2020.
Jean-Pierre Tuveri, le 5 mars 2008 devant le port de Saint-Tropez (Var), Il a décidé de démissionner de ses fonctions de maire le 30 octobre 2020. © Boutria - MAX PPP
Les Tropéziennes et les Tropéziens ont appris la nouvelle en regardant le site de la mairie ou en lisant le journal local. Dans une lettre, Jean-Pierre Tuveri, 81 ans, explique à ses administrés pourquoi il a décidé de mettre un terme à son mandat de maire. Elu pour la première fois en 2008, il en était à son 3ème mandat, renouvelé en 2014 puis récemment en 2020.

L'épreuve du confinement

"Tous ceux qui me connaissent, (...) savent avec quelle énergie, quelle passion, quelle ténacité j’ai exercé cette fonction durant douze ans, depuis le premier mandat que vous m’avez confié en mars 2008." 
 

Le confinement a été pour ma santé une épreuve que le déconfinement n’a pas permis complètement de surmonter. Pourtant, à la date de ma réélection lors du conseil municipal du 3 juillet, j’étais persuadé qu’en observant une période de repos durant l’été j’allais retrouver l’énergie et le dynamisme qui ne m’ont jamais fait défaut jusque là.

Jean-Pierre Tuveri, maire démissionnaire de Saint-Tropez

Pas de vacances depuis 2008

Les quatre mois de convalescence n'auront pas suffi : "je constate avec lucidité que je ne suis plus en mesure de répondre aux exigences physiques et au rythme d’une fonction pour laquelle je me suis dévoué, sans quasiment jamais prendre de vacances, depuis 2008." Dans cette lettre ouverte, Jean-Pierre Venturi se dit confiant dans la nouvelle équipe municipale élue le 28 juin dernier pour porter le programme qu'il avait annoncé.

Né à Saint-Tropez, Jean-Pierre Tuveri a consacré 20 ans de sa vie à ce village de 4.200 habitants, mondialement connu. D’abord en qualité de conseiller municipal d’opposition de 2001 à 2008, puis comme maire. 
 

Deux musées et 167 logements sociaux

L'élu estime avoir embelli la cité, valorisé le patrimoine en créant  notamment deux musées, d'histoire maritime et le musée de la gendarmerie et du cinéma. Il a aussi réussi à faire construire 167 logements sociaux dans une ville où le prix du mètre carré s'approche des prix parisiens. 

D'après les informations de Var Matin, cette annonce n'est pas une surprise dans l'une des communes les plus célèbres de France. Le 3 juillet dernier, à peine élu, il avait annoncé vouloir se retirer pour se reposer. "Un burn-out", selon ses adjoints, dont il n'est pas encore sorti.

Depuis juillet, le maire n'avait pas siégé au conseil municipal. Les affaires courantes étaient gérées par sa première adjointe Sylvie Siri. Le retour de Jean-Pierre Tuveri, annoncé à la rentrée n'avait pas eu lieu. 

80 nationalités différentes

Jean-Pierre Tuveri administrait un village pas comme les autres. Saint-Tropez, petit village de pêcheurs, repeuplé par les Gênois, a vite attiré les peintres pour sa lumière, les écrivains puis les acteurs et les célébrités. Actuellement, ce sont les fortunes du CAC 40 qui ont élu domicile dans le très prisé golfe de Saint-Tropez. Un village qui atteint 100.000 habitants en saison et affiche une fréquentation de 6 millions de personnes par an, avec 80 nationalités différentes représentées parmi les touristes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique la liste du dimanche patrimoine coronavirus/covid-19 santé société