VIDEO. La fermeture d'un restaurant de plage fait polémique à Sanary-sur-Mer

durée de la vidéo : 00h01mn54s
La préfecture du Var a décidé de cette fermeture en raison de risque d'éboulement. Ce qui suscite la polémique du côté des propriétaires et des clients. ©FTV

Un restaurant de plage très connu dans la baie de Portissol à Sanary-sur-Mer, situé au bord d'une falaise a dû fermer ses portes en plein mois d'août au plus fort de la saison touristique. Il y aurait un risque d'éboulement. C'est ce que considèrent les autorités en s'appuyant sur une étude qui date de 2017.

En début de semaine, un arrêté municipal a ordonné la fermeture immédiate du restaurant, à la demande de la préfecture du Var.

La préfecture s’appuie sur une étude de 2017. Dans ce document, le risque de chute de pierres n’est pas à exclure.

Selon Delphine Sammut, associée du restaurant La Kima "cette plage est ouverte depuis 50 ans il n'y a jamais eu un éboulement sur ce lieu. Donc rien ne peut justifier la dangerosité du site".

Une incompréhension partagée par Jean-Louis, un habitué des lieux "je suis étonné que les autorités se réveillent en pleine activité saisonnière".
A raison de 300 couverts jour, cette décision est un manque à gagner important pour cet établissement.
Le mois d’août représente à peu près 35% de son chiffre d’affaire. La structure compte une vingtaine de salariés qui va être placé en chômage partiel.
D’autant plus que, fermé du jour au lendemain, la Kima a perdu tous ses stocks. 

Une réunion est prévue ce vendredi avec les associés du restaurant. 
La Kima pourra t-elle rouvrir au 15 août ? La question reste en suspens.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité