Début du procès pour les meurtres de William Gomis, ancien joueur de l'AS Saint-Etienne, et d'un jeune de 14 ans

Ce jeudi 19 octobre s'ouvre le procès pour le meurtre de William Gomis et d'un adolescent de 14 ans survenu en septembre 2018. Les trois auteurs présumés sont jugés devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence.

Dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 septembre 2018, la cité des Berthe à La Seyne-sur-Mer a été le lieu d'un double meurtre.

Nicolas Daniel Ilie, un adolescent de 14 ans, et William Gomis ont été tués par balle, lors d'un règlement de compte à l'arme automatique.

William Gomis était âgé de 19 ans et était un ancien joueur dans l'équipe réserve de football à l'AS Saint-Etienne. L'autre victime était originaire d'Europe de l'Est. Ils se trouvaient tous les deux près d'un bâtiment de la cité Berthe lorsque plusieurs personnes cagoulées situées dans un véhicule leur ont tiré dessus avec une Kalachnikov.

24 étuis de deux armes différentes ont été retrouvés sur la scène de crime.

Un couvre-feu pour les mineurs le lendemain des meurtres

France 3 Côte d'Azur s'était rendu sur place, le lendemain des faits : 

Le maire PS de La-Seyne-sur-Mer de l'époque, Marc Vuillemot, avait mis en place un couvre-feu pour les mineurs dans la commune au lendemain du drame.

Après avoir pris la fuite, les trois suspects ont été arrêtés.

Cinq ans plus tard, les voici devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence

Depuis ce double meurtre, les choses se sont apaisées dans la cité de Berthe."Je pense que l'action publique qui s'est déployée ces dernières années a permis d'apaiser le quartier, explique Cheikh Mansour, élu municipal en charge de la Politique de la ville. Cela montre qu'on est présents sur le territoire, pour éviter un sentiment d'abandon." Des cités éducatives et une cité de l'emploi ont notamment été créées. Par ailleurs, des actions régulières "pour recréer un lien entre les forces de l'ordre et la population" se déroulent dans le quartier. "Même pendant les émeutes en début d'été, on a été faiblement impactés", se réjouit Cheikh Mansour.