Incendie du Var : pompiers blessés, personnes intoxiquées, installations ravagées, le point sur les dégâts

Les conséquences de l'énorme incendie dans le Var commencent à poindre. Plusieurs pompiers ont été légèrement blessés, des habitants ont été intoxiqués et d'autres ont dû être mis à l'abri. Un camping et un ranch à Grimaud ont été complètement ravagés par les flammes.

Alors que l'incendie est toujours en cours dans le Var, et qu'il dure depuis lundi après-midi, de nombreux dégâts sont déjà à déplorer sur le territoire. Humainement, déjà. Depuis le début de l'incendie, 900 pompiers ont pris part à la lutte contre le feu. Six d'entre eux ont été blessés légèrement, un seul a été emmené à l'hôpital pour une plaie à la main. 

Pour les civils, le préfet du Var, Evence Richard, a fait état de 19 personnes intoxiquées et trois autres légèrement blessées pour ce qui reste encore un "bilan très provisoire", a-t-il déclaré ce mardi matin sur France Bleu Provence. Le bilan humain pourrait évidemment s’alourdir au fil des heures.

Matériellement, il y a également de la casse. À Grimaud, le camping Charlemagne a entièrement brûlé selon la préfecture. D'autres campings du territoire ont été évacués devant l'arrivée des flammes et cela a provoqué la mise à l'abri de 500 personnes dans deux salles différentes de la ville. Aussi, sur l'ensemble de la zone de l'incendie, une centaine d'habitations aurait été touchée par les flammes, ce bilan étant là-aussi encore très provisoire. 

Le ranch de la Mène à Grimaud a été dévasté par les flammes. Si une soixantaine de chevaux ont pu être évacués lundi soir, le ranch recueillait aussi de nombreux animaux abandonnés. Plusieurs d'entre eux n’ont pas survécu. Un cochon a été euthanasié ce mardi matin.

La faune et la flore sont également les victimes de cet incendie. Thomas Dombry, le maire de La Garde-Freinet, une des communes traversées par l'incendie, a estimé sur franceinfo que les dégâts étaient "catastrophiques d'un point de vue environnemental". Il a comparé ce "méga feu" à ceux qui ont touché la Grèce, la Turquie, ou le Portugal cet été. Pour la biodiversité, cet incendie est également une calamité : "La réserve naturelle de la plaine des Maures a été dévastée pour moitié", a affirmé à l'AFP Concha Agero, directrice-adjointe de l'Office français de la biodiversité. "C'est une catastrophe, car c'est l'un des derniers spots abritant la tortue d'Hermann"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers pompiers