En télétravail au fort de Brégançon, Emmanuel Macron conclut un accord entre l'Europe et la Chine

Après avoir passé une semaine à l'isolement dans la résidence officielle de La Lanterne, le chef de l'État est arrivé dans le Var avec son épouse. Le président était en visioconférence ce mercrdi pour conclure un accord économique entre l'Europe et la Chine.

Le président de la République en visioconférence avec Xi Jinping, Angela Merkel, Ursula van der Leyen et Charles Michels dans son bureau au fort de Brégançon, mercredi 30 décembre.
Le président de la République en visioconférence avec Xi Jinping, Angela Merkel, Ursula van der Leyen et Charles Michels dans son bureau au fort de Brégançon, mercredi 30 décembre. © Sébastien NOGIER - AFP

Ambiance studieuse pour le chef de l'état qui a posé ses valises au Fort de Brégançon. Pour la troisième année d'affilée, Emmanuel Macron choisit de passer les fêtes de fin d'année dans la résidence présidentielle située à Bormes-les-Mimosas (Var) avec son épouse, Brigitte Macron.

Le chef de l'État qui a récemment contracté le Covid-19, avait été contraint de passer sept jours à l'isolement à la résidence officielle de La Lanterne, à Versailles. Il était déjà en télétravail, comme de nombreux Français. Une exception qui se transforme en habitude pour dialoguer avec les grands de ce monde, de son bureau blanc de Brégançon. 

Visioconférence

Ce mercredi 30 décembre, c'est par visioconférence que s'est conclu un important accord de principe sur les investissements entre l'Europe et la Chine. Pékin promet d'offrir "un accès sans précédent" aux entreprises européennes.

Après sept années de pourparlers, cet accord politique a été scellé par écran interposé entre le président chinois Xi Jinping, les dirigeants de l'UE Ursula von der Leyen et Charles Michel, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron.

Sur les photos officielles, le chef de l'état pose seul à son bureau, avec une tablette, face à un grand écran et sans conseillers présents à ses côtés.

Sa signature officielle n'interviendra qu'ultérieurement. Pékin "s'est engagé à offrir un niveau sans précédent d'accès à son marché" pour les entreprises européennes.

Selon Bruxelles, l'accord "contribuera au rééquilibrage" de relations jugées "asymétriques" entre un marché unique européen largement ouvert aux entreprises chinoises et un géant asiatique qui ferme des secteurs entiers aux investisseurs étrangers tout en poussant ses géants nationaux.

Ce traité doit mieux garantir le respect de la propriété intellectuelle, interdire les transferts de technologie forcés et renforcer la transparence des subventions aux entreprises publiques chinoises.

"Réciprocité" 

"L'UE a le plus grand marché unique au monde. Nous sommes ouverts aux affaires mais attachés à la réciprocité, la concurrence équitable et à nos valeurs", s'est félicitée sur Twitter la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Véhicules propres, le "cloud", la finance

Les sommes en jeu sont considérables. Le stock d'investissements des Européens (hors Royaume-Uni) en Chine s'élève à près de 150 milliards d'euros, et celui des Chinois dans l'UE à 113 milliards. Ce texte ouvrira des marchés chinois cruciaux : les véhicules propres, le "cloud", la finance ou la santé.

L'accord prévoit cependant que la Chine "s'engage à oeuvrer à la ratification des conventions fondamentales de l'Organisation internationale du travail (OIT), y compris celles (interdisant) le travail forcé", précise le communiqué européen.

Mais cela ne suffit pas à rassurer les eurodéputés, qui avaient adopté mi-décembre une résolution condamnant le travail forcé en Chine des minorités ouïghoure, kazakhe et kirghize.

Une formule identique figure dans les accords de libre-échange de l'UE, y compris l'accord post-Brexit avec Londres, fait valoir une responsable européenne. Angela Merkel, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE jusqu'à fin décembre, avait fait de cet accord politique une priorité. 

Saint-Sylvestre sous couvre-feu

Le président doit présenter ses vœux jeudi soir aux Français. Des Français qui s'apprêtent à passer une nuit de la Saint-Sylvestre inédité, sous couvre-feu à partir de 20 heures.

L'Elysée n'a pas donné de détails sur le programme du président de la République dans le Var, ni de jour de départ de la Côte d'Azur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique emmanuel macron économie europe allemagne international belgique coronavirus/covid-19 santé société