Ils font une horrible découverte dans une maison abandonnée près de Toulon et alertent sur les risques de l'urbex

Ils ont pour passion l'exploration urbaine, l'urbex. Dans une maison désaffectée de Sanary-sur-Mer, un groupe de vidéastes a découvert le cadavre momifié d'un homme. Épisode macabre dont ils vont avoir quelques difficultés à se remettre.

La journée de samedi 4 mai avait bien commencé pour Morgan Explore et ses amis. Du soleil sur la région toulonnaise, et après l'exploration d'un bowling désaffecté et d'une ancienne boîte de nuit, cette maison abandonnée, en pleine forêt.

Située dans la commune de Sanary-sur-Mer (Var), l'adresse lui a été indiquée par un abonné à sa chaîne YouTube qui avait aperçu cette bâtisse en promenant son chien. 

Les entrées sont murées, mais une trappe est ouverte au niveau du sol. Elle donne sur la cuisine. Ils s'y glissent, caméra au point. Montent à l'étage. Et c'est là qu'ils découvrent le corps d'un homme, momifié.

Le corps gisait au pied d'un lit, dans une position qui pouvait laisser penser aux observateurs que l'homme avait trépassé alors qu'il tentait de se déshabiller.

On se dit toujours que ce serait fou de tomber sur un mort. Mais en vrai, ça fait beaucoup moins rire.

Morgan Explore

À proximité du corps, une quantité impressionnante de boîtes de médicaments, éparpillées sur le sol. L'homme, peut-être un SDF venu s'abriter, a-t-il succombé à un malaise ? Une surdose médicamenteuse ? Est-ce un suicide ?

Enquête et autopsie

Le groupe encore sur place prend la décision d'appeler le 17. La police municipale est rapidement rejointe par la police nationale qui procède aux constatations.

Dans la foulée, une enquête est ouverte pour déterminer les causes de la mort, mais aussi pour mettre un nom sur le défunt qui n'a pour l'heure pas pu être identifié.

Ce lundi, aucune corrélation n'a pu être établie avec une disparition signalée.

De son côté, Morgan Explore prend toutes les précautions pour mettre sa vidéo en ligne. Il le fait pour chacune de ses explorations, mais celle-ci est pour le moins particulière.

En accord avec la police, il fait en sorte que la maison ne puisse pas être localisée pour la tenir à l'abri des curieux le temps de l'enquête. Il prend également grand soin pour flouter méthodiquement chaque image du corps.

Je tremblais beaucoup, les images n'étaient pas stables. Je les revois encore en boucle dans ma tête.

Morgan Explore

L'urbex, une pratique à risque

Alors pourquoi publier cette vidéo ? "Parce que c'est ma passion. Je pratique l'urbex depuis que j'ai 11 ans", reconnait Morgan Explore. "Aussi pour alerter les adeptes contre le risque de mauvaises surprises. Imaginez si ce corps avait été découvert par un jeune de 15 ou 16 ans ! Moi, j'en ai 36, et il va me falloir du temps pour m'en remettre."

L'exploration urbaine est une pratique qui a de plus en plus de succès, mais elle est dangereuse. Des découvertes macabres comme cette fois-ci dans le Var, ou des accidents mortels comme il y a quelques jours dans le département de la Loire : une adolescente de 17 ans est morte après une chute dans une usine désaffectée.

"Nous, on est des gens sérieux, on ne rentre pas par effraction", se justifie Morgan Explore. Il y a quelques mois, l'explorateur a tout-de-même fait l'objet d'une plainte de la Marine nationale pour sa vidéo tournée sur un navire militaire en rade de Toulon. Il avait alors assuré regretter son acte.

Cette fois-ci, il espère que sa macabre découverte aura malgré tout une utilité :

J'espère que l'on pourra mettre un nom sur ce corps, et que cet homme pourra reposer en paix.

Morgan Explore

En attendant, il l'assure : "Je ne vais pas m'arrêter pour autant !"

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité