Le Vatican suspend l’ordination de prêtres dans le diocèse de Fréjus-Toulon, une "épreuve" pour Monseigneur Rey

Le Saint-Siège a décidé de suspendre l’ordination de six prêtres dans le diocèse de Toulon. Monseigneur Dominique Rey, qui dirige cette circonscription territoriale, a reconnu qu’il s’agit d’une "épreuve" dans un communiqué.

Les voix du Saint-Siège sont impénétrables. Le diocèse varois l’aura appris à ses dépens. Cette décision "de surseoir aux ordinations diaconales et sacerdotales prévues fin juin" a été prise à la suite de visites effectuées par l'archevêque métropolitain, Mgr Aveline, archevêque de Marseille, "à la demande de Rome", a expliqué Mgr Rey dans un communiqué paru ce 2 juin.

"Certains dicastères romains" - les organismes du Vatican - se posent des questions "autour de la restructuration du séminaire et de la politique d'accueil du diocèse", a ajouté le prélat par écrit.

Marion Maréchal en cause ?

L'évêque de 69 ans, qui est à la tête de ce diocèse depuis 22 ans, avait suscité l'émoi dans les rangs chrétiens en 2015 en invitant Marion Maréchal (ex Maréchal-Le Pen), une des figures de l'extrême droite française, à une université d'été catholique.

"On doit accueillir ce vote. Ce n'est pas pour cela que nous allons cautionner les idées du Front national. Sur un certain nombre de points, ça nous pose question", avait-il expliqué aux journalistes de France Info à l'époque.

Au sein de l'Eglise, les méthodes de Mgr Rey, un mélange de conservatisme et de modernisme, entraînent des réactions clivantes, tout comme sa politique d'accueil de communautés nouvelles ou charismatiques (venant de l'étranger, notamment d'Amérique latine), notamment au séminaire La Castille.

"Plusieurs signalement ont été faits au sujet des méthodes de formation qui interrogeaient au sein du séminaire de la Castille, ainsi que des abus", a indiqué une source vaticane à l'AFP.  

Une "mission d'inspection discrète"

"Ce qui a abouti à une enquête menée par Mgr Aveline et à la décision d'une mission d'inspection, discrète, sur place. C'est le fruit de tout ce travail qui a abouti à la décision finale, très rare", a expliqué cette même source vaticane.

"Il y a un débat, ou un désaccord entre Rome et le diocèse sur cette ligne-là, sur cette option pastorale", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. 

Le diocèse a été contacté par l'Agence France Presse, qui n'était pas joignable pour donner plus d'informations sur ce sujet. 

Nous accueillons cette demande (de Rome) à la fois dans la douleur et la confiance, conscients de l'épreuve qu'elle représente avant tout pour ceux qui s'apprêtaient à recevoir l'ordination.

Monseigneur Dominique Rey

Diocèse de Toulon

Il précisait alors qu'un entretien avec le Cardinal Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, a permis récemment "d'apporter des compléments utiles".

Rien n'a filtré quant à ces informations complémentaires, comme un vœu de silence.

Les fidèles déçus

Ce lundi de Pentecôte à l'occasion de la Saint-Hermentaire à Draguignan, des fidèles ont réagi à l'annonce de cette suspension.

"Je trouve que c’est dommage. Je ne suis pas intégriste, loin de là, je sais qu’on reproche à Monseigneur Rey de l’être, mais je suis triste. Ce que pense le Pape, j’avoue que je le trouve un peu trop politique et marqué plutôt un peu à gauche. Je n’apprécie pas. Il doit recadrer un peu les choses, je pense, mais empêcher de jeunes séminaristes de devenir prêtre du jour au lendemain, c’est dur. C’est suspendu jusqu’on ne sait pas quand?" explique ce fidèle rencontré lors de la procession.  

Plusieurs femmes rencontrées pointe du doigt un timing compliqué "on manque prêtre, ca tombe un peu mal, j'espère que tout va rentrer dans l'ordre après l'enquête" explique l'un d'entre elle.