Toulon: trois personnes écrouées après la mort d'un garçon de neuf ans

La mère d'un enfant de 9 ans mort sous les coups, ainsi que le compagnon de sa soeur, ont été mis en examen pour homicide volontaire et actes de torture et écroués. C'est ce qu'indique ce lundi 8 juin le parquet de Toulon.
A Toulon (Var), les policiers ont intercepté un convoi de drogue, jeudi 9 juillet, qui avait été placé sous surveillance depuis plusieurs mois.
A Toulon (Var), les policiers ont intercepté un convoi de drogue, jeudi 9 juillet, qui avait été placé sous surveillance depuis plusieurs mois. © France Télévisions

Les faits se sont produits dans la nuit de jeudi à vendredi, précise Bernard Marchal, procureur de la République de Toulon, confirmant une information de Var-Matin.

Cette nuit-là, le garçon a vomi du sang et la mère l'a emmené à l'hôpital, mais trop tardivement pour que les secours puissent le sauver.

"La mère du jeune garçon décédé hébergeait, depuis quelques temps, sa soeur et le compagnon de celle-ci à son domicile lorsque le confinement est arrivé", raconte le magistrat à l'AFP

"C'est alors que le comportement de cet homme a commencé à devenir de plus en plus violent, se mettant en tête d'apprendre l'autorité aux trois enfants présents dans le foyer", relève M. Marchal. "Parmi les mesures de rétorsion, il attachait les enfants", indique-t-il.

> Le tribunal de grande instance de Toulon où les trois personnes ont été déférées ce samedi :

La mère présumée coupable et aussi victime

La mère, qui semble avoir participé à ces actes de torture, en a également été victime car le jour des faits, elle-même avait été attachée par le compagnon de sa soeur.

Mis en examen par un juge d'instruction pour "homicide volontaire sur mineur de 15 ans en lien avec un autre crime, aggravé par le lien d'autorité sur l'enfant", et pour "actes de torture et de barbarie", les deux adultes ont été écroués de même que la soeur, poursuivie pour "non-assistante à personne en danger".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société police sécurité violence conjugale