Voile : les espoirs du navigateur varois Clément Giraud s’envolent en fumée

L'Imoca Fortil recouvert de mousse extinctrice après l'intervention des pompiers hier soir. / © Bernard Gergaud
L'Imoca Fortil recouvert de mousse extinctrice après l'intervention des pompiers hier soir. / © Bernard Gergaud

A 5 jours du départ de la Transat Jacques Vabre, le Toulonnais Clément Giraud est contraint de renoncer. Son bateau amarré dans le port du Havre a été victime hier soir d’un incendie dont l’origine est encore indéterminée. 
 

Par Eric Ambrosini

Des mois et des mois de préparation… et patatras ! A 5 jours seulement du départ de la Transat Jacques Vabre, le skippeur varois Clément Giraud et son coéquipier Rémi Beauvais resteront à quai. En cause, un incendie qui s’est déclaré hier soir dans l’Imoca Fortil, alors que le bateau était amarré au port du Havre.


Des dégâts irréversibles

L’origine du sinistre n’est pas encore déterminé mais selon les 2 navigateurs, les dégâts à l’intérieur du bateau sont importants.
"Nous allons démâter le bateau puis l'expert va passer, explique Clément Giraud, mais on sait déjà qu'une cloison a probablement souffert sous l'effet de la chaleur. Elle est structurelle du gréement puisqu'associée à l'outrigger (tangon perpendiculaire au bateau, élément du gréement)."


Déception et frustration

Le bateau était pourtant prêt à partir et en parfait état. L'équipage préparait cette transat en double depuis plusieurs mois. C'est donc un coup dur pour les deux navigateurs toulonnais abattus et forcément frustrés
"Nous ne pouvons pas partir sur une transat aussi longue et difficile. Nous nous sommes trop investis dans ce bateau pour prendre le risque d'aggraver la situation en mer. Pourtant la Transat Jacques Vabre était tellement enthousiasmante…"
 


Des mois de préparation gâchés

Pour Olivier Rémini, dirigeant fondateur de Fortil et sponsor du bateau, c’est un sentiment d'injustice et de tristesse qui prédomine.
"La voile ne se résume pas seulement à la course, c'est aussi beaucoup de préparation. Clément et toute son équipe ont énormément travaillé sur le bateau en donnant le meilleur d'eux-mêmes pendant des mois."


Rebondir en 2020

Malgré cette déconvenue, Clément Giraud tente de rester positif et se projette déjà sur les objectifs à atteindre en 2020.
"Nous aurons une Transat en solitaire au mois de mai puis une Transat retour et enfin, le Vendée Globe. Nous allons réparer et naviguer dès le début de l'année. Toute notre équipe est déjà mobilisée. Il faut que l'humain soit plus fort que le matériel ».

Sans l’équipage varois, la transat Jacques Vabre appelée aussi route du café partira le 27 octobre de la baie de Seine pour arriver à Salvador de Bahia au Brésil.
 

Sur le même sujet

Interview premier français

Les + Lus