Avignon : 8 mois de prison pour avoir détenu des explosifs volés à la SNCF

Deux Avignonnais jugés en comparution immédiate au tribunal correctionnel ce mercredi.
Deux Avignonnais jugés en comparution immédiate au tribunal correctionnel ce mercredi.

Un homme, au domicile duquel a été découvert des documents relatifs au salafisme et un manuel de l'armée, a été condamné mercredi à huit mois de prison par le tribunal correctionnel d'Avignon et incarcéré pour avoir transporté du matériel explosif volé à la SNCF.

Par Marc Civallero

Deux Avignonnais sont jugés aujourd'hui, mercredi 18 novembre, en comparution immédiate , l'un des deux a été interpellé avec plusieurs détonateurs dans un sac, l'autre âgé  de 27 ans a été placé en garde-à-vue pour apologie de terrorisme.

Il a été interpellé hier mardi 17 novembre vers 16 heures, rue Buffon, dans l'intra-muros d'Avignon. Il venait d'outrager les agents de sécurité et de voie publique, tout en menaçant la police d'acte de terrorisme en vantant le groupe "Daesh".

Lors de la perquisition du domicile de ses parents, où il habite, ont été découverts un manuel de l'armée, et, dans une caisse métallique fermée par un cadenas, plusieurs documents d'identité au nom de son frère, une somme d'argent, ainsi que des livres et un compact-disc liés à la mouvance salafiste.

Reportage Poret Frédérique, Ducros-Renaudin Olivier, Lorant Gwenhaelle et Boi aline :
2 Avignonnais en comparution immédiate, dont l'un pour apologie du terrorisme
L'un des hommes a été interpellé avec plusieurs détonateurs fourré dans un sac, l'autre homme sera jugé au cours de la même audience pour apologie du terrorisme.
Intervenant :Maître Patrick Gontard - avocat d'Adel Benrabah

Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions de la représentante du ministère public, Laure Chabaud, qui a estimé qu'il "(était) indispensable à ce jour de faire preuve de fermeté face à des comportements qui n'ont rien de normaux". "M.Benrabah n'est jugé que pour les infractions visées par les chefs de prévention (recel de vol, transport et détention d'arme, munition ou éléments essentiel de catégorie A, ndlr). Néanmoins, il y a quand même des éléments de contexte dans ce dossier dont on ne peut pas faire abstraction", a-t-elle souligné. - avec AFP-

Sur le même sujet

Les + Lus