Carpentras : la permanence du député LREM à nouveau vandalisée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ludovic Moreau .

Dans la nuit de dimanche à lundi, la permanence du député LREM de la troisième circonscription de Vaucluse (Carpentras), Adrien Morenas, a été à nouveau vandalisée. Ce local a déjà été dégradé plusieurs fois, le député à porté plainte contre x.

Dans la nuit de dimanche à lundi, il était environ 0h30, lorsqu'une patrouille de police a découvert les tags, sur la façade de la permanence du député LREM de la troisième circonscription de Vaucluse (Carpentras), Adrien Morenas.



Ce n'est pas la première fois, la permanence du député Adrien Morenas a déjà été taguée, murée et dégradée à plusieurs reprises. Cette fois encore les messages sont clairs : "Ceta", "traitre", ou encore "pilleurs" peut-on lire sur les inscriptions. Les auteurs ont également signé des lettres "GJ" pour Gilets jaunes.

Une nouvelle plainte contre x

Dans un communiqué, le député Adrien Morenas a vivement réagi : "Il est grand temps que ces actes de violence cessent et que force revienne à la loi" a-t-il indiqué, "ma permanence s'inscrit ainsi, à nouveau, sur la liste de celles détériorées cet été".



Adrien Morenas a une nouvelle fois porté plainte contre x et précise qu'"au regard des messages diffusés sur les réseaux sociaux, j'ai bon espoir que les coupables de cet acte lâche soient vite appréhendés et répondent de leurs exactions".



Pour rappel, le député Adrien Morenas avait voté le Ceta, le traité de libre-échange entre la France et le Canada. Selon lui, des garanties sanitaires avaient été obtenues sur la viande de bœuf importée du Canada et cette importation ne menaçait par les éleveurs français. En revanche, l'exportation, notamment de vin vauclusien, était un avantage pour l'agriculture du département.



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité