Cavaillon : des enfants confinés après des "coups de feu" dans une cité de Cavaillon

Plusieurs coups de feu ont été échangés mardi dans la cité du Docteur Ayme à Cavaillon (Vaucluse). Mais aucun tireur n’a été identifié, aucune douille n’a été retrouvée sur place et il n’y a pas de blessé dans cette cité point noir du trafic de stupéfiants et objet d'une guerre entre trafiquants.

Des coups de feu ont été tirés aux alentours de 11h à la suite de quoi deux ou trois individus se seraient retranchés dans un bâtiment de la résidence Docteur-Ayme. Voilà les premières informations tombées peu avant midi. 

Selon une source policière, une femme s'est présentée au commissariat de Cavaillon en indiquant qu'elle s'était fait tirer dessus au bâtiment M13 dans la cité du Docteur-Ayme, mais elle n'a pas été blessée. 

"Au départ, c'est annoncé comme une fusillade. Une parente d'élève a annoncé qu'elle avait été menacée par un homme avec un fusil", a déclaré Gérard Daudet, maire de Cavaillon, dans l'après-midi. La police a entendu des impacts de tirs, mais on n'a pas trouvé de douilles ni de preuves matérielles".

Toutes les écoles de Cavaillon fermées plusieurs heures

Aussitôt un important dispositif de police a été déployé sur les lieux, y compris pour sécuriser les abords des établissements scolaires. Par mesure de sécurité, les 233 enfants d'une école primaire située à proximité ont été confinés à l'intérieur de leur établissement.

Toutes les écoles et collèges et lycées de Cavaillon ont fermé de 11h20 à 13h. "C'est une première, indique l'édile. C'est une mesure sage, il pouvait y avoir une course-poursuite, des tirs perdus au moment où les enfants sont dehors à 11h30".

Il n'y a pas eu de blessés lors des tirs présumés. Des recherches sont menées pour tenter de retrouver les auteurs des faits. En vain. Aucune douille n’a été retrouvée sur place.

Guerre de territoire entre trafiquants

A-t-on craint le pire dans cette cité sensible, théâtre d'une guerre de territoire entre trafiquants depuis le début de l'été ? 

Le 16 juillet, des individus avaient encore ouvert le feu et pris à partie des habitants. La semaine suivante un commando avait de nouveau fait irruption dans la cité. Le 4 août, deux hommes à moto avaient tiré dans le quartier, sans faire de blessés. Le 24 août, un homme avait été pris pour cible par trois individus 

Ce nouvel épisode de violence s'inscrit un mois après la visite de Gérald Darmanin dans cette cité, point noir du trafic de stupéfiants à Cavaillon.

Le ministre de l'Intérieur avait notamment annoncé la réactivation de la Brigade Anti Criminalité de nuit en 2022 et l’arrivée de cinq policiers supplémentaires dès le mois de septembre à Cavaillon. Selon le syndicat Unité SGP Police ces policiers viendraient remplacer six départs à la retraite.

La ville en attente de renforts supplémentaires

"Je demande depuis des mois et des mois des renforts à Cavaillon, se désole le maire. Le ministre Darmanin m'a confirmé  qu'il mettait cinq renforts rapidement, on en a reçu trois. Les deux autres policiers on les attend, normalement début octobre. Et surtout la brigade de nuit, pour 2022".

"Cinq policiers c'est mieux que rien mais certainement pas suffisant. (...) Il faut une police de proximité renforcée de façon définitive. J'espère que l'Etat nous entend"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers