Salon de l'agriculture : le Melon de Cavaillon espère obtenir prochainement son IGP, indication géographique protégée

Publié le
Écrit par Frédéric Soulié et Eliane Tourtet

La renommée du melon de Cavaillon n’est plus à faire, cependant le Syndicat des Maîtres Melonniers de Cavaillon attend toujours cette reconnaissance.

 L’obtention du label IGP est soumise à une longue procédure. Actuellement l’'Institut National des Appellations d'Origine se penche sur le cahier des charges : en jeu la garantie de l’origine et la qualité premium de ces melons. Des critères très précis viendront protéger les 2.000 tonnes annuelles de melon de la marque "melon de Cavaillon".

Aujourd’hui les producteurs de Melon de Cavaillon ont choisi de se regrouper dans un syndicat. La marque "Melon de Cavaillon" a été déposée en 1999 mais l’IGP serait une reconnaissance et une protection supplémentaires.

Du melon depuis 500 ans

La culture du melon de Cavaillon c’est aussi un savoir-faire ancestral. On parlait déjà de la culture du melon en 1495 ! Cette longue histoire a permis une sélection des meilleures parcelles pour sa culture et des meilleures variétés. Historiquement, les producteurs de la région se retrouvaient au marché-gare de Cavaillon pour vendre et expédier leurs melons. Dès le 19ème siècle, la ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille a permis l’acheminement des melons dans les grandes villes françaises, notamment à Paris.

Antoine Peugeot du Syndicat des Maîtres Melonniers confirme :

"Cavaillon est le bassin historique de production du melon en France. C’est vraiment son histoire et le savoir-faire s’est mis en place de génération en génération".

Du Vaucluse à la Haute-Provence

L’aire de production s’étend sur la Provence historique : le Vaucluse, une partie des Bouches-du-Rhône, des Alpes de Haute-Provence et du Var. Cette zone connait en moyenne 2800 heures de soleil par an - contre 2000 heures en moyenne en France. Le soleil favorise la maturité des melons mais surtout augmente le taux de sucre.

La récolte a lieu de mai à septembre : 9 heures du matin, une journée de juillet, au pied du Luberon, une douzaine de travailleurs s’active dans la melonnière, pour cueillir les fruits les plus mûrs et les transporter. La propriété est officiellement agréée "Melon de Cavaillon". La cinquantaine de producteurs locaux fournit 2000 tonnes de melons chaque année.

36.000 tonnes récoltés en Vaucluse par France 3 Provence-Alpes

13 degrés de sucre

C’est le minimum. Le contrôle qualité est pratiqué lorsque le melon arrive chez l’expéditeur. Le taux de sucre doit être supérieur à 13 degrés. Une dizaine de metteurs en marché sélectionnent les melons premium et assurent leur expédition partout en France et ailleurs.

 Patrick Cluchier dirige l’entreprise Tonfoni. Cette entreprise familiale a été créée en 1958. Installée à Plan d’Orgon, elle conditionne et commercialise plus de 50 tonnes de melon par  jour.

"Nous travaillons d’arrache-pied pour que notre produit qualitatif soit reconnu au niveau national et international".

Les melons d'Alexandre Dumas

Pour l’anecdote, le célèbre écrivain Alexandre Dumas a fait don de la totalité de son œuvre, plus de 300 livres, à la bibliothèque de Cavaillon en 1864. Mais l’échange était tout particulier. Alexandre Dumas appréciait beaucoup le melon de Cavaillon. Il a demandé, en échange de ses livres, que la commune lui verse une rente viagère en nature soit 12 melons par an. Le conseil municipal  a accédé à sa demande et cette rente viagère lui a été versée jusqu’à son décès en 1870.  

Voir le reportage en langue d’oc réalisé pour l’émission Vaqui 



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité