Deux choses à savoir sur l’importation de cerises traitées au phosmet, qui met en colère les producteurs de la région

Les producteurs de cerises en Vaucluse s'inquiètent du devenir de leur activité. La Commission européenne leur interdisant l'usage d'un pesticide efficace contre une mouche qui ravage les fruits, ils réclament une plus large interdiction des importations de cerises étrangères traitées au phosmet.

Dans un communiqué du 13 avril, la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) et les Jeunes agriculteurs (JA) Paca dénoncent l'importation des cerises dites "d'industrie" (destinées à la confiserie) traitées au phosmet, insecticide interdit au sein de l'Union européenne.

  • Le Phosmet, un insecticide interdit en Europe mais pas ailleurs  

Le Phosmet, dernier pesticide efficace contre une mouche vorace venue d'Asie, Drosophila suzukii, a été interdit à l'automne 2022 par la Commission européenne. Face à cette interdiction, tous ne sont pas logés à la même enseigne, dénonce la filière. De nombreux pays extra-européens producteurs de cerises continuent à traiter leurs fruits avec ce produit considéré comme dangereux pour la santé et l'environnement.

Le 29 mars 2023, le gouvernement a pris la décision d'appliquer une clause de sauvegarde. Par arrêté, il suspend pour un an l'introduction, l'importation et la mise sur le marché de cerises dites "de bouche", celles que l'on consomme crues et qui proviennent de pays où l'insecticide est autorisé (la Turquie notamment). 

  • Les cerises "d'industrie" traitées au phosmet sont toujours importables

Les syndicats, Jeunes agriculteurs et FRSEA déplorent que cette clause de sauvegarde ne concerne pas les cerises étrangères destinées à l'industrie, pour la production de confiture ou de sirop par exemple. En d'autres termes, les industriels que le gouvernement entend préserver, pourront tout à fait importer des cerises traitées au phosmet.

"Des contrôles devront avoir lieu quant à l'origine des cerises et les autorités publiques devront faire appliquer cette interdiction. Le consommateur ne doit pas être abusé par les distributeurs", plaident les organisations.

Il n'y a pas de raisons qu'on nous pénalise et qu'on laisse les Français manger des cerises traitées au phosmet. C'est une question de cohérence, notamment entre les produits frais et transformés.

Olivier Curel

FRSEA

Afin de maintenir une certaine équité sur les moyens de production, les organisations demandent au gouvernement que "le ministère intègre, sans délai les cerises d'industrie dans la clause de sauvegarde nationale".

Même si les organisations obtiennent gain de cause, cela ne règlera pas la question de la lutte contre la Drosophila suzukii. Les producteurs réclament des mesures pérennes et efficaces pour lutter contre ce minuscule moucheron invasif, arrivé en France il y a une dizaine d’années.

Pour protéger les cultures fruitières et les vergers, des expérimentations sont menées par les organismes de recherche : produits de biocontrôle, parasitoïdes et technique de l'insecte stérile, appelée communément TIS, est en cours de développement en France.