Gargas : un forcené se rend sans incident aux gendarmes

Un homme d'une trentaine d'années, qui s'était retranché chez lui, s'est rendu tranquillement aux gendarmes.  L'homme traverserait une période de fragilité psychologique. Il a été conduit à l'hôpital par les pompiers.

L'histoire aurait pu mal tourner, mais elle se termine bien.

Un homme d'une trentaine d'année, considéré comme fragile psychologiquement, s'était retranché chez lui ce matin, dans une maison de lotissement de Gargas, où il vit avec sa mère. Selon une information du Dauphiné Libéré, il aurait tiré à quatre reprises sans blesser personne.

C'est la mère du trentenaire qui a donné l'alerte lorsque son fils est monté sur le toit de la maison, menaçant de sauter. A l'arrivée des gendarmes, il s'est alors retranché chez lui.

La compagnie de Pertuis avait déployé sur place son peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG). Les Psig ont pour vocation prioritaire la lutte contre la délinquance de la voie publique.

Selon nos informations, le forcené traverse une période de fragilité psychologique.

Les gendarmes mettent alors en place un important dispositif pour sécuriser les alentours. La mère du trentenaire  est évacuée ainsi que les habitants des maisons environnantes.

Très vite, et devant son refus de répondre aux sollicitations des forces d'intervention, les gendarmes dépêchent alors leurs négociateurs de crise.

Et, vers 15h15, le forcené "s'est rendu tranquillement", selon un gendarme. Il a été transporté à l'hôpital par les marins pompiers.

Les gendarmes n'ont trouvé chez lui qu'une réplique d'arme en guise d'arme à feu.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers