Gorges du Toulourenc : régulation des touristes obligatoire pour préserver la bio-diversité

Ce petit paradis niché entre Drôme et Vaucluse est menacé par la surfréquentation. Un maire a interdit l'accès à la rivière depuis sa commnue. L'écosystème du Toulourenc est perturbé.

 

Le maire de Saint-Léger-du Ventoux a interdit l'accès aux gorges du Toulourenc depuis sa commune.
Le maire de Saint-Léger-du Ventoux a interdit l'accès aux gorges du Toulourenc depuis sa commune. © Paul Géli
Le Toulourenc symbolise la frontière entre la Drôme et le Vaucluse, une frontière limpide et claire parsemée de roche blanche qui lui donne cette couleur si particulière.

Mais ce coin de paradis est pris d'assaut chaque année par les touristes.

Et encore plus en 2020 par les touristes coincés en France à cause de l'épidemie de Covid-19.

Une redécouverte des trésors de notre pays qui s'accompagne malheureusement d'incivilités et de dégradations comme c'est le cas à Marseille  ou dans les Calanques .

Surfréquentation et conséquences

L'été, 1.700 touristes viennent chaque jour dans les gorges du Toulourenc se promener ou se baigner.

Comme cette famille, venue d'Avignon pour se rafraîchir.

"On profite du soleil et de la fraîcheur des gorges en famille, les gens jouent le jeu, c'est assez propre et agréable", indique ce père de famille.

Pourtant ici, la surfréquentation menace la biodiversité.

Selon le réseau Natura 2000, elle aurait fait fuir plusieurs espèces animales, comme des castors ou des poissons.

Pas de quoi freiner ce groupe d'amis savoyards, venu randonner les pieds dans l'eau.

"C'est un endroit naturel, très joli et l'eau est fraîche, c'est vraiment magnifique,  alors oui on a rencontré des gens qui comme nous se promenaient mais pas tant que cela et là on est plutot isolé, on est bien", raconte cette vacancière.
L'eau est fraîche claire et limpide dans les gorges du Toulourenc.
L'eau est fraîche claire et limpide dans les gorges du Toulourenc. © Paul Géli/FTV

Plus haut dans les gorges, il existe un tronçon, un peu plus tranquille.

Et pour cause, sur la commune de Saint-Léger-du-Ventoux, le maire Eric Massot a interdit l'accès à la rivière.
"On retrouve des poubellles, il y a plein d'incivilités et des accidents aussi et surtout une qualité de l'eau qui se dégrade", déplore le maire.

Sans savoir, certains détruisent carrément l'écosystème de la rivière. En déplaçant par jeu les pierres du Toulourenc cela constitue des pièges à poissons. Ils déplacent les micro-éléments et perturbent l'équilibre fragile de la rivière.

Sans compter, les traces humaines laissées par les repas, goûters etc...

"Nous sommes une petite commune et nous n'avons pas les moyens de gérer cette surfréquentation", explique Eric Massot.

Les années précédentes, l'équipe municipale avait réduit les parkings mais cela n'a pas suffit à faire baisser la fréquentation. Alors cette année, il a tout simplement pris un arrêté municipal pour interdire l'accès à la rivière depuis sa commune.

" Nous avons pris cet arrêté pour faire prendre conscience qu'on a atteint les limites d'accueil. Si on ne fait pas quelque chose rapidement, ce sera trop tard" explique-t-il.

Une façon d'appeler à l'aide auprès des services de l'état, la région et le département , "pour que nous ne soyons pas obligés dans quelques années de parler des gorges du Toulourenc au passé", explique Eric Massot.

En cinq ans, la fréquentation du site aurait doublé. Pour l'année 2020, le parc régional évoque déjà une affluence record.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement tourisme économie coronavirus/covid-19 santé société