Vaucluse : les célèbres roues à aubes de L'Isle-sur-la-Sorgue reprennent du service pour produire de l'électricité

La roue à aubes Milhe était utilisée dans l'industrie de la soie au 19e siècle. Elle va reprendre du service et produire de l'électricité. / © Isle-sur-la-Sorgue Village-monde
La roue à aubes Milhe était utilisée dans l'industrie de la soie au 19e siècle. Elle va reprendre du service et produire de l'électricité. / © Isle-sur-la-Sorgue Village-monde

L'Isle-sur-la-Sorgue était réputée au 19ème siècle pour son industrie de la soie, grâce à la Sorgue et à ses roues à aubes. Le collectif "Energie des Sorgues" va permettre à la roue Milhe de reprendre du service et produire de l'électricité pour recharger son téléphone portable ou son vélo.

Par Ludovic Moreau

La roue à aubes Milhe, du nom de son dernier propriétaire, va reprendre du service et retrouver son utilité. Située au coeur de l'Isle-sur-la-Sorgue, cette roue va produire de l'électricité, d'ici un an et demi.

D'ici 18 mois (peut-être un peu plus), la roue Milhe produira entre 3 et 4 Kw par heure, soit 35.000 Kw par an, l'équivalent de la consommation moyenne de 14 foyers (hors chauffage).

"Ce projet n'est pas prévu pour alimenter toute la ville, mais on pense utiliser cette énergie pour recharger les vélos électriques", explique Pierre Gonzalvez, le maire de l'Isle-sur-la-Sorgue, membre du collectif Energie des Sorgues.

"J'imagine aussi une zone connectée, où les gens pourront venir discuter, accéder à Internet et recharger leur téléphone portable".

Ce projet est avant tout pilote et doit servir "de support d'apprentissage pour valider la faisabilité d'exploiter certaines roues à aubes publiques ou privées sur les Sorgues", explique Pierre Gonzalvez. 

Le budget total du projet est de 50.000 euros. Mais malgré son aspect vertueux, il manque encore 15.000 euros pour assurer sa réalisation. "C'est une des raisons qui explique pourquoi nous ne serons pas opérationnels avant 18 mois. Il y a des délais administratifs incompressibles et le budget n'est pas encore bouclé".

Le projet est soutenu la fondation "Positive & Villages-Monde", la commune et la communauté de communes Pays des Sorgues et Mont de Vaucluse, mais le collectif aimerait aussi, la participation de particuliers, engagés dans une démarche "Energie citoyenne".

Le principe de "l'énergie citoyenne"

Le collectif "Energie des Sorgues" est né dans cet esprit. Il est composés de bénévoles soucieux de leur environnement et engagés dans une démarche de transition écologique. 

Produire de l'électricité à partir de la roue à aubes Milhe est un des projets du collectif qui pourrait se développer et offrir des retombées locales importantes.

L'énergie citoyenne est un mouvement qui permet, au travers de coopérations locales, principalement des citoyens, de produire de l'énergie renouvelable.

Ces moyens de production sont contrôlés de façon démocratique, et en général possédés par les citoyens au travers d'entreprises à fonctionnement coopératif et à "lucrativité" limitée.

Le collectif "Energie des Sorgues" est également impliqué dans le photovoltaïque et d'autres projets hydro-électriques.
La roue Milhe permettra de recharger des vélos en libre-service par exemple. / © Collectif "Energie des Sorgues"
La roue Milhe permettra de recharger des vélos en libre-service par exemple. / © Collectif "Energie des Sorgues"

La fondation "Positive & Villages-Monde"

Cette fondation est une concrétisation de "la ville idéale de demain", explique Pierre Gonzalvez. Il y a deux ans, la municipalité s'est inscrite dans une démarche d'attractivité du territoire. Un sondage auprès des habitants a apporté un éclairage nouveau.

"Les habitants ont envie de remettre l'humain, au coeur des préoccupations", remarque le maire de L'Isle. L'idée de cette "Fondation Positive et Villages-monde" est née dans cet esprit. Une association de préfiguration de la fondation a été créée récemment.

Son objectif est d'aider au financement de projets innovants dans différents secteurs comme l'environnement, la culture, le patrimoine ou encore l'éducation. Déjà trois projets sont sur la table.

Le projet porté par le collectif "Energie des Sorgue" avec la roue Milhe en est un, ainsi que deux autres initiatives, en cours de développement : l'acquisition et la formation d'un chien guide pour un enfant aveugle (fondation Frédéric Gaillanne) et un projet de vélos en libre-service pour les habitants (projet porté par le centre social La Cigalette, l'association Le Village et les 3 Éco.)

Pour le moment, l'association comprend une quinzaine de membres, le lycée agricole, des entreprises et des commerçants, mais l'esprit de la fondation est de s'ouvrir à tous les porteurs de projets et mécènes qui veulent la rejoindre.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus