Sault : les parents d'élèves manifestent contre la fermeture d'une classe à la rentrée

A la veille d'une réunion décisive concernant la nouvelle carte scolaire, les parents d'élèves de l'école intercommunale de Sault (Vaucluse) ont mis la pression ce mardi en bloquant l'établissement. Ils craignent la suppression d'une classe et la remise en  cause du dispositif ULIS.

© Marjorie Gravier

Les parents se sont retrouvés dés 7 h ce mardi matin, devant l'école de Sault pour installer leurs banderoles. "Oui à ULIS sans fermeture d'une classe" pouvait-on lire sur la façade de l'établissement. 

La petite école qui accueille 150 enfants de la maternelle au CM2 dessert cinq communes : Sault, Aurel, Saint-Trinit, Monieux et Ferrassière. Parents et élus se mobilisent contre la fermeture d'une classe à la rentrée, faute d'effectifs suffisants. 

© DR

"Pour l'instant on a les cinq niveaux, et si la classe ferme, on passera sur des classes à double niveau à partir de l'année prochaine", explique Flore Pons, porte-parole du collectif des parents.

"On a un problème d'effectifs sur les trois ans à venir, on va effectivement peut-être se retrouver avec des classes à 14 élèves, mais on va avoir une vingtaine d'enfants qui vont rentrer à l'école d'ici trois ans et on aura à nouveau des effectifs classiques et admissibles pour l'Education nationale".

Pour dénoncer avec humour les calculs de sous-effectifs de l'Académie, les parents ont présenté à l'inscription des poules, des oeufs et un mouton pour la rentrée 2021-2022. 

© Marjorie Granier

Les parents se mobilisent aussi contre la remise en cause du dispositif ULIS, pour les enfants en situation de handicap.

Dernière commission mercredi

"Ils font une heure de voiture le matin et une heure le soir en plus de leurs difficultés à suivre les cours pour aller à Mazan et Apt, souligne Flore Pons, il y a pas loin d'une dizaine d'enfants déjà pris en charge et d'autres en attente".

Depuis l'annonce de la suppression d'une classe, il y a une dizaine de jours, les parents ont multiplié leurs actions.

Aujourd'hui, ils s'agissait pour eux de mettre encore la pression à la veille de la dernière commission avec le directeur académique des services de l'Education nationale. La décision devrait être connue à l'issue de cette réunion.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société