Un élu RN reçoit un blâme pour avoir assisté à l'inauguration d''une mosquée au Pontet

En 2014, Joris Hébrard, maire du Pontet, cautionnait la construction d'une nouvelle mosquée. En 2023, désormais député, il assistait à l'inauguration. Son parti, le Rassemblement national, n'approuve pas cette entente. L'élu vient de recevoir un blâme.

La mosquée Fathi a un dôme et un minaret tout neufs. Les entrées pour les hommes et les femmes sont séparées. 2 700 personnes peuvent être accueillies dans ce lieu culturel et cultuel au Pontet.

Le 17 mars dernier, pour la cérémonie d'ouverture, le consul de Turquie est venue de Marseille. Il a coupé le ruban d'inauguration avec le député RN Joris Hébrard.

Sur la page Facebook de l'association, on voit le député RN poser sous le drapeau turc.

Ces photos provoquent la colère du Rassemblement national. Pour les élus RN du parti, Joris Hébrard est loin de la ligne du parti. 

Paradoxalement, cet élu a fait parler de lui pour avoir embauché une collaboratrice antisémite.

Un blâme pour le député

Joris Hébrard a été entendu vendredi par le bureau exécutif du Rassemblement National. Selon nos confrères de La Provence ce bureau exécutif "désapprouve son initiative d'inaugurer dans la commune du Pontet une mosquée ouvertement liée au pouvoir et aux réseaux d’influence turcs." 

Un blâme à été pris à l'encontre du parlementaire et la règle a été rappelée "la ligne politique du Rassemblement national : la lutte intransigeante contre toute forme de communautarisme ainsi que le rejet des influences étrangères, notamment de la Turquie islamiste d’Erdogan, sur le sol national français." 

L'inauguration de la mosquée

Joris Hébrard avait participé le 17 mars à l'inauguration d'un centre culturel et cultuel dédié à la communauté turque, déclenchant une vive polémique notamment avec le parti Reconquête ! d'Eric Zemmour.

 Au Pontet, les fidèles jugent la polémique incompréhensible.

"Nous sommes très tristes pour le député parce qu'on ne comprend pas pourquoi cette polémique a lieu," déclare Dursun Seremet, président de l'association culturelle franco-turque d'Avignon et sa région.

"Nous respectons la loi française, poursuit Dursun Seremet. Il a accepté notre invitation et puis ça s'arrête là. Donc entre le député et son parti, ça n'est pas notre problème." 

Dans les rangs du RN, la polémique a enflé. Marine le Pen désapprouve et condamne l'initiative du député du Vaucluse.