Revue de presse : la coalition anti-Daech sous haute tension

Au sommaire de cette revue de presse : la coalition contre l'Etat islamique ébranlée après l'attaque d'un avion militaire russe par la Turquie, la Tunisie à nouveau frappée par le terrorisme et la Chine qui construit une usine géante de clonage pour produire un million de vaches par an. 

Décidément, la lutte contre l’Etat islamique ne va pas être facile. En abattant un avion militaire russe, hier, Le Figaro estime que la Turquie a "saboté la coalition contre Daech". Ce tir plombe les efforts diplomatiques de la France et ravive les tensions entre Ankara et Moscou. Vladimir Poutine dénonce un "coup dans le dos porté par les complices du terrorisme".

De quoi s’interroger, comme Libération, pour savoir qui sont nos vrais alliés dans la coalition. Etats-Unis, Russie, Turquie, Arabie Saoudite ou Iran : tout le monde se retrouve engagé dans le conflit syrien, mais pour des raisons diamétralement opposées. Pas facile, donc, de mener une guerre en l’absence de stratégie commune.

Pourtant, le temps presse : le terrorisme a encore frappé hier, déplore Aujourd’hui en France. La Tunisie est "à nouveau martyrisée" après l’explosion d’un bus de la garde présidentielle en plein cœur de la capitale.
Cette année 2015 a été particulièrement meurtrière, rappelle le quotidien, avec le massacre du musée du Bardo en mars, le carnage sur une plage de Sousse en juin et la décapitation d’un jeune berger le 13 novembre, jour des attentats de Paris.

S’il est une usine qui ne doit surtout pas tomber entre les mains des jihadistes, c’est bien celle que la Chine est en train de construire. Il s’agit du plus grand site de clonage du monde, révèlent Les Echos, mais heureusement, seuls les animaux sont concernés. Objectif : fabriquer en série des chiens et des chevaux, et jusqu’à un million de vaches par an. Une façon plutôt étrange pour les Chinois de pallier leur manque de terres agricoles.


A lire aussi dans la presse régionale : 

Nord Eclair revient sur la violente prise d'otages qui s'est déroulée hier soir à Roubaix. Le directeur du Crédit municipal et sa famille ont été séquestrés par des malfaiteurs armés. Le RAID est intervenu et un malfrat a été tué.
D'autres malfaiteurs sont toujours en fuite précise France 3 Nord-Pas de Calais. La prise d'otages faisait suite à un cambriolage interrompu par l'arrivée de la BAC. "Nous ne sommes pas, a priori, sur une action terroriste" a affirmé une source policière. Deux otages seraient parvenus à s'enfuir, selon le directeur adjoint du cabinet du maire de Roubaix, Marc Vasseur. Le couple et son bébé ont été retenus jusqu'à 22 heures.

L'Union de Reims évoque pour sa part la mise en examen d'un lycéen pour menaces de mort, violences aggravées et apologie publique d'un acte de terrorisme. Le 12 octobre dernier, il avait tiré sur l'une de ses profs avec un pistolet à billes. 
Plus tôt dans la matinée, précise France 3 Champagne-Ardenne, l'adolescent avait également glissé un couteau dans une punition rendue à une autre enseignante. En outre, l'élève aurait reconnu en garde à vue avoir proféré lors de l'agression des cris à caractère radical comme "Allahu Akbar! Je vais venger le prophète".

De son côté, Presse océan titre sur "l'arbre aux hérons" qui va devoir attendre. La maire socialiste de Nantes, Johanna Rolland, a annoncé que le projet culturel estimé à 35 millions d'euros ne pourra pas se réaliser au cours de ce mandat. 
France 3 Pays de la Loire souligne qu'il s'agit de la troisième pièce du projet des Machines de l'Île, après le Grand éléphant et le Carroussel des Mondes marins. Cet arbre aux hérons est une structure en acier de 50 mètres de diamètre et 35 mètres de haut surmonté de deux hérons, une architecture monumentale qui doit être installée au cœur de la ville. Les visiteurs pourront parcourir de branche en branche d’étonnants jardins suspendus et embarquer pour un vol circulaire sous les ailes des oiseaux. Pour l'heure, sa réalisation coûte trop cher, mais le projet va se poursuivre. 
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité