Le trafic de drogue gagne du terrain en France, la grogne des riverains aussi

Un parcours fléché mène vers les dealers dans quartier des Izards à Toulouse / © J. Pigneux / France 3 Occitanie
Un parcours fléché mène vers les dealers dans quartier des Izards à Toulouse / © J. Pigneux / France 3 Occitanie

Le gouvernement a presenté un nouveau plan antidrogue ce 17 septembre. Objectif : lutter contre un trafic devenu endémique sur le territoire. Dans les quartiers, la lutte s'organise aussi.  

Par Malika Catala

Il n'y a jamais eu autant de stupéfiants en circulation en France. La faute à un trafic de drogue qui explose sur notre territoire. Les dealeurs ne se cachent plus pour faire leur  commerce. Dans les halls d'immeubles, dans des parcs ou devant les écoles, les points de vente se multiplient et se banalisent.
 
Quartier des Izards, Toulouse, les dealers flèchent le parcours pour leurs clients / © France 3 Occitanie
Quartier des Izards, Toulouse, les dealers flèchent le parcours pour leurs clients / © France 3 Occitanie
A Toulouse, le trafic de stupéfiants a pris une ampleur sans précèdent. Après Marseille, la ville rose est devenue la 2ème agglomération en France ou le trafic de drogue s'est le plus développé. De nombreux secteurs sont touchés. Il existeraient actuellement une cinquantaine de points de vente qui rapporterait, chacun, jusqu'à 20 000 euros par jour, d'après les syndicats de police. Un fléau qui empoisonne la vie des habitants, notamment ceux du quartier des Izards, devenu un haut lieu du trafic de drogue à Toulouse. 
 
L'inquiétude d'une habitante face à l'augmentation du trafic de drogue à Toulouse

 

La riposte des habitants 

Face à l'absence de réponse du gouvernement, de plus en plus de riverains montent au front. Interpellation des élus locaux, coup de pression sur les forces de l'ordre : les actions se multiplient.

En région parisienne, en Seine-Saint-Denis, ou le trafic de drogue sévit depuis plusieurs années, des mères d'élèves ont décidé de se mobiliser pour éloigner les trafiquants des écoles de leurs enfants. Depuis le mois de mai, devant certains établissements scolaires ou les dealeurs n'hésitent plus à rentrer, des mamans forment chaque jour une chaine humaine.

"On protège symboliquement l'école", explique Agnès, 33 ans, maman d'une petite fille de quatre ans. "On veut être visibles, réinvestir l'espace public", ajoute-t-elle.

Une protection, certes symbolique, mais qui permet d’alerter sur la situation.
 
Des mères de familles unies contre de le trafic de drogue en Seine-Saint-Denis / © France 3
Des mères de familles unies contre de le trafic de drogue en Seine-Saint-Denis / © France 3


De fausses petites annonces 

A Vannes, dans le Morbihan, pour dénoncer le trafic de drogue qui gangrène leur quartier, des familles ont utilisé l'humour pour interpeller les autorités. 
« Vannes recherche activement… dealer/Guetteur ». De fausses petites annonces au ton pour le moins provocateur ont été placardées sur des arrêts de bus de la ville par un collectif d'habitants.

Des riverains excédés de voir leur parc, squatté par des dizaines de dealeurs, qui viennent y faire leur business .
 
La colère d'une habitante de Vannes face au trafic de drogue qui s’opère dans l'un des parcs de la commune

Sur le même sujet

Bastia : la chambre régionale des comptes présente son bilan d’activité