Divonne-les-Bains (Ain): l'énigme du disparu de Lyon en voie d'être élucidée

Originaire de l'Ain, Anaëlle P., 22 ans, a été mise en examen pour "séquestration suivie de mort en bande organisée" et écrouée après la disparition de Jean-Luc D., un informaticien lyonnais de 52 ans. Le corps calciné d'un homme lui ressemblant a été retrouvé en Italie.

Par Philippe Bette

Le signalement pour disparition inquiétante de Jean-Luc D., habitant le quartier de la Croix-Rousse à Lyon, avait été communiqué à la presse le 27 septembre 2017. Il n'avait plus donné signe de vie depuis le 16 août. Ce soir-là, l'informaticien s'était rendu à Divonne-les-Bains (Ain) où son portable avait cessé d'émettre. Sa voiture, une Peugeot 306, avait elle aussi disparu. Autant d'éléments qui inquiétaient fortement sa famille et justifiaient l'appel à témoins.

Depuis, l'enquête a abouti à l'arrestation d'Anaëlle P., mise en examen pour "séquestration suivie de mort en bande organisée". Selon Le Progrès, elle a été écrouée le vendredi 6 octobre après être passée aux aveux. Lors de sa garde à vue, elle a reconnu avoir porté deux coups de couteau à son partenaire sexuel, dans le cadre de jeux sado-masochistes. La jeune femme travaillait à Genève et monnayait ses charmes comme escort-girl.

La PJ a pu reconstituer le déroulement des faits à partir du moment où le portable de la victime a cessé de fonctionner. C'est sa carte bancaire qui s'est manifesté à sa place! Un prélèvement opéré par une personne au visage dissimulé a donné de précieux indices. Curieusement, le portable d'Anaëlle P. émettait du même endroit.   

Une relation très singulière 

L'enquête permettra de comprendre que la victime entretenait avec Anaëlle une relation très singulière et qu'ils s'étaient retrouvés à Divonne le jour de la disparition. Mais que s'est-il passé ensuite? Au domicile d'Anaëlle, à Saint-Genis-Pouilly, une inspection poussée a permis de révéler des traces de sang sous la peinture de l'appartement fraîchement refait.

La jeune femme a ensuite reconnu avoir voulu faire disparaître le corps de Jean-Luc en le transportant à bord de sa voiture de l'autre côté de la frontière. La découverte d'un corps à moitié calciné dans le Val d'Aoste (Italie) semblerait confirmer les dires d'Anaëlle. Des analyses en cours permettront de lever les derniers doutes.         
                          
La voiture de la victime a été retrouvée à Oyonnax (Ain ) et sa carte bancaire sur la meurtrière présumée. Mais il reste encore bien des pans de l'histoire à clarifier. Le mobile du crime et d'éventuelles complicités. Anaëlle P. a-t-elle bien agi seule sous l'emprise d'une pulsion meurtrière ou s'agissait-il d'une action préméditée dans le cadre d'un réseau criminel?

"Anaëlle P. se défend en effet de toute intention homicide" selon les révélations faites par la Police Judiciaire au Progrès. Mais l'ouverture d'une information judiciaire pour "séquestration suivie de mort en bande organisée" laisse entrevoir une affaire criminelle d'une toute autre dimension.       

Sur le même sujet

Interview sur la truffe du Bugey

Près de chez vous

Les + Lus