Osmobio, le désherbant breton, attend toujours l'autorisation d'être commercialisé

20 000 tonnes de désherbant sont vendues chaque année en France. Comme le fameux Roundup pourtant si décrié. Il existe pourtant des solutions alternatives, comme celles de l'entreprise Osmobio. Mais elle n'arrive à pas obtenir l'autorisation de vente de la part de l'administration française.

  • Par Stéphane Grammont
  • Publié le , mis à jour le
Il y a peu, Ségolène Royal s'est rendue dans une jardinerie de la région parisienne pour retirer des rayons des flacons de Roundup et d'herbicides génériques. Ils contiennent du glyphosate, un produit "cancérigène probable" selon le Centre International de Recherche contre le Cancer. Pourtant, commercialiser une solution alternative, qui plus est française, relève du parcours du combattant.

C'est ce que constate depuis des mois une entreprise de Loudéac, Osmobio, qui a mis au point un désherbant naturel. L'entreprise a en charge des terrains de sports municipaux et des massifs floraux. Depuis 4 ans, elle a décidé de réduire au maximum son utilisation d'intrants chimiques pour privilégier les fertilisants naturels. "Ils sont moins chers, et les résultats sont assez bons" témoigne Herbé Sibille, le responsable de l'environnement à la commune de Loudéac.

La gamme d'une soixantaine de produits de la société Cosmobio a été mise au point par un ancien salarié de l'industrie agro-chimique, Jacques le verger. Fertilisants, anti-fongiques, phyto-stimulateurs, tous sont biologiques et ont été testé avec des villes comme Paris ou Nantes. "Les résultats ont été bluffants, c'est l'expression même des responsables de ces villes" prétend Jacques Le verger.

Avec une croissance à deux chiffres, Jacques Le Verger pourrait être un entrepreneur comblé. Mais voilà, il attend depuis trois ans une autorisation de mise sur le marché d'un nouveau produit, un désherbant biologique qui a pourtant passé les tests de toxicité. Il pourrait être une alternative au glyphosate. "On nous répond qu'on aura les rendez-vous nécessaires dans les meilleurs délais, mais trois ans, c'est pas un meilleur délai" explique Jacques le Verger.

Un désherbant naturel breton

  • Le parc animalier de Branféré fête ses 50 ans

    Le parc animalier et botanique de Branféré dans le Morbihan fête ses 50 ans, l'occasion de découvrir ses coulisses et d'échanger avec les professionnels qui s'occupent des animaux.

    Mis à jour le 24/09/2016
  • Rennes, capitale de la biodiversité

    Rennes vient d'être élue capitale de la biodiversité, parmi 72 autres candidats, et suite à un concours national ouvert aux villes, dont le thème était "Sols et biodiversité". Parmi les réalisations remarquées par le jury, l'aménagement du quartier de la Courrouze. 

    Mis à jour le 23/09/2016
  • Trébeurden (22) : une manif en mer contre l'extraction de sable en baie de Lannion

    Ce samedi en fin d'après-midi, les opposants à l'extraction du sable en baie de Lannion ont manifesté en mer. Plus d'une centaine d'embarcations s'est retrouvée au large de Trébeurden dans les Côtes d'Armor pour rappeler l'importance de cette dune de sable sous-marine en cette journée du patrimoine.

    Mis à jour le 18/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

Travaux au collège Théophile Briant à Tinténiac (35)

Poussée démographique oblige en Ille-et-Vilaine, les effectifs de collégiens augmentent fortement. Outre l'annonce de la création de trois nouveaux collèges dans le département pour 2020, on rénove et on pousse les murs comme on peut dans les établissements existants. 22 chantiers sont en cours ou au programme pour les années à venir. Nous sommes allés voir le chantier le plus important du département, celui du collège de Tinténiac, entre Rennes et Saint-Malo. Intervenants : Philippe Geoffroy, principal du collège Théophile-Briant - Stéphane Hubert, Directeur des bâtiments - département d'Ille-et-Vilaine - Jade, 13 ans, élève de 4ème - Nina, 14 ans, élève de 3ème

Reportage : K. Veillard - J.M. Piron

les + lus
les + partagés