Roscoff (29) : un trafic de migrants démantelé

Le port de Roscoff (29) / © C. Polet
Le port de Roscoff (29) / © C. Polet

Cinq hommes ont été mis en examen et quatre placés en détention suite au démantèlement d'un trafic de migrants à destination de la Grande-Bretagne sur le port de Roscoff dans le Finistère.

Par Thierry Peigné


Ce vendredi, trois hommes d'origines albanaise ont été mis en examen et incarcérés dans le cadre du démantèlement d'un trafic de migrants à partir du port de Roscoff. Quelques semaines plus tôt, deux Finistériens avaient été interpelés et mis en examen dans la même affaire. L'un d'entre eux est sous les verrous, l'autre est placé sous contrôle judiciaire. Ils sont tous les cinq poursuivis pour avoir aidé des personnes à passer illégalement en Grande-Bretagne.

Les détails de ce trafic ont été présentés ce vendredi par le procureur de la République de Brest et le commandant du groupement de gendarmerie du Finistère, lors d'une conférence de presse.

Eric Mathais, procureur de la République de Brest et le Colonel Richard Pégourié, commandant du groupement de gendarmerie du Finistère  / © M. Herry
Eric Mathais, procureur de la République de Brest et le Colonel Richard Pégourié, commandant du groupement de gendarmerie du Finistère / © M. Herry

Trois albanais dans une fourgonnette

Le 23 septembre, une fourgonnette est arrêtée et fouillée à un contrôle de douane à l'embarquement d'un ferry sur le port de Roscoff. A l'arrière du véhicule, trois Albanais, deux hommes et une femme, ont été cachés derrière des meubles. Le conducteur, un Finistérien de 39 ans, est placé en garde à vue. Deux jours plus tard, un Finistérien de 43 ans qui avait loué cette fourgonnette est interpelé au volant d'un fourgon à son retour de Grande-Bretagne.

Lors de la garde à vue, le premier affirme qu'il ne savait pas qu'il y avait des migrants à l'arrière de la fourgonnette mais reconnaît avoir accepté 2 000€ pour la faire passer de l'autre côté de la Manche.

Le 25 septembre, ils sont présentés à un juge d'instruction et mis en examen pour "aide à l'entrée ou au séjour irrégulier d'un étranger". L'un est écroué, l'autre est placé sous contrôle judiciaire.

Trois passeurs albanais présumés interpellés

Les investigations des enquêteurs de la gendarmerie qui suivent permettent d'arrêter ce mercredi trois hommes Albanais de 19, 20 et 25 ans. Ils sont tous les trois connus de la justice pour des vols, des défauts d'assurances et des ports d'armes. Deux sont en situation irrégulière, l'un ayant déjà été expulsé du territoire mais étant revenu et l'autre étant sous le coup d'une obligation de quitter le territoire. 

Les investigations ont permis de mettre au jour les preuves de locations de fourgons, d'échanges d'espèces et de plusieurs passages de migrants. 9 000 livres sterling, 2 330€ et un Magnum 357 sont retrouvés à leurs domiciles. Ils ont été présentés ce vendredi à un juge d'instruction puis placés en détention. 

Le Premier a reconnu participer à un trafic de personnes mais affirme ne l'avoir fait que pour des membres de sa famille qu'il faisait payer 200 à 400€. Les deux autres ont reconnu les faits mais pour autant disent ne pas avoir demandé une contre-partie en argent pour le passage des étrangers. Actuellement le nombre de migrants ayant été transportés dans le cadre de ce trafic n'est pas encore déterminé.


Contrôles renforcés à Roscoff

Le procureur de la République a précisé que les contrôles ont été renforcés ces derniers mois sur Roscoff, surtout depuis le démantèlement de la "Jungle" de Calais. Depuis janvier 2016, 76 personnes ont été interpellées alors qu'elles cherchaient à passer illégalement en Grande-Bretagne.

Sur le même sujet

Lorient : Nouveau procédé de surgélation Qwehli

Près de chez vous

Les + Lus