Ceux qui ont plus de 20 ans et surtout plus de 40 s’en souviennent. Parmi les groupes qui agitent la scène rock à Rennes dans les années 80, il y a Les Nus. Rien à voir avec des performeurs qui s’effeuilleraient sur scène. Leur nom rend hommage à la peinture, comme leurs textes, en français, à la littérature. Une audace remarquée par la maison de disque RCA qui les signe en 1982. Malheureusement, l’album mal produit est un échec. Assommé par la critique, le groupe ne s’en relèvera pas. Il ressort pourtant de l’ombre aujourd’hui avec 11 titres, et cette fois Etienne Daho s’est impliqué dans la production artistique…

Les promesses des débuts

Les Nus font partie de ces défricheurs qui ont fait de Rennes une scène musicale en vue à partir de la fin des années 70. Christian Trotoux, chanteur des Nus et auteur, a d’ailleurs co-fondé Marquis de Sade avant de lâcher sa basse pour se concentrer sur le chant dans son nouveau groupe. De ses lectures il emprunte à Cocteau le nom d’un des « Enfants terribles » : il sera Dargelos sur scène.

Je voudrais 100 millions pour monter un label avec uniquement les Nus.


Dargelos a pour lui une voix originale, une prestance et un charisme sur scène. Le public et la presse spécialisée en redemandent. Christophe Nick, critique pour Rock’n Folk écrira dans une chronique de concert : « Je voudrais 100 millions pour monter un label avec uniquement les Nus », et pourtant.

Quand l'album sort, l'encenseur se fait procureur : la plume trempée dans l'acide, il signe un véritable réquisitoire : « ils se sont cassé la gueule… mal produits, mal mixés, tout ça fait de ces chansons des trucs ennuyeux sans queue ni tête ».

Le groupe ne s’en remettra pas. Ni de la critique, ni de ce rendez-vous manqué avec le public. Il survit quelques années grâce aux concerts mais s’en est fini de son destin commercial.
Christophe Nick, ex-critique Rock & Folk

 

Un concert plus que convainquant

30 ans plus tard, le 4 décembre 2013, c’est soirée revival à Rennes.

Pour lancer les Transmusicales, Les Nus se reforment le temps d’un concert à l’UBU, (Republik, nouveau groupe de Franck Darcel (Marquis de Sade) est aussi au programme) et c’est ce jour-là que les Nus décident de réécrire le dernier chapitre de leur histoire.

Je crois que j’ai au fond de moi une force incroyable, mais j’éprouve une peur bleue.



Christian Dargelos et Fred Renaud - Salle de la Cité à Rennes dans les années 80 - Photo : Richard Dumas © Richard Dumas


Un concert chargé d'émotion. Fred Renaud, le guitariste du groupe, ex-Marquis de Sade lui aussi, est décédé en juillet. Le projet aurait pu s’arrêter net, mais il se poursuit avec la ferveur de l’hommage. En mai, deux mois avant sa mort, le compositeur des Nus, prenait très à cœur cette reformation : « Je crois que j’ai au fond de moi une force incroyable, mais j’éprouve une peur bleue » lâche-t-il dans un message à son ami le photographe Richard Dumas. Il ne sera pas là pour le voir, mais ses copains vont le rassurer avec un concert très convainquant.

Je ne me sentais pas capable de faire les grattes de Fred à moi seul.


Christian Dargelos au chant, Rémy Hubert au clavier, Alain Richard à la batterie pour les membres historiques, Pierre Corneau, ex-Marc Seberg est à la basse, Christian Georgelin et Dominic Sonic ont accepté de « remplacer » Fred Renaud à la guitare. Dominic a joué autrefois avec Fred et sait qu’il a affaire à un très grand musicien : « Je ne me sentais pas capable de faire les grattes de Fred à moi seul, on l’a fait avec Chris Georgelin. C’est une responsabilité assez lourde et à la fois très bizarre. De la même manière que jouer dans les Nus c’était un truc improbable ». Et pour cause. En 1980 le jeune Sonic, fait parti de Kalashnikov, et pour ce punk pas encore majeur, Les Nus représentent la référence absolue, le modèle dont beaucoup de groupes s’inspireront.
Dominic Sonic, musicien

Dominic Sonic, musicien, interviewé via Skype

 

Noir Désir, héritier des Nus

Parmi ces groupes, des jeunes Bordelais, dingues du style et de l’énergie des Nus. Ils les voient sur scène à Bordeaux et les invitent dans leur local de répétition. Devenus Noir Désir, ils reprendront le titre « Johnny Colère » sur l’album Tostaky en 1992.
Denis Barthe, batteur de Noir Désir

Denis Barthe, batteur de Noir Désir, interviewé via Skype

 

.................................................. Le morceau "Johnny Colère" traverse le temps ..........................................................

A travers chants : Johnny Colère - Les Nus

Reportage : G. Le Morvan, T. Bouilly, T. Descamps


.................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

Daho en producteur

Le soir du concert de reformation, Etienne Daho est dans la salle. Daho connaît bien Les Nus et Christian Dargelos. Il sait ce qu’il doit à tous ces pionniers qui l’ont aidé à faire ses premiers essais sur scène et ses premières maquettes. C’est donc en bon copain de ces années des débuts qu’il encourage Les Nus à repartir en studio. Il accepte même de produire un titre - « Les années Reagan » - et s’installe derrière la console du studio Cocoon près de Rennes fin 2015.

Je ne travaille pas avec Les Nus par nostalgie. Je trouve qu’aujourd’hui il se passe quelque chose pour eux.


Daho ne travaille pas avec Les Nus par nostalgie. Il a toujours aimé leurs chansons qui méritaient bien une seconde chance. « Christian a quelque chose en français d’assez rare, qui a été beaucoup copié mais il n’en a jamais eu les fruits et je trouverais ça pas mal qu’aujourd’hui on redécouvre le travail des Nus ».
Etienne Daho explique sa participation au morceau "Les années Reagan"

Etienne Daho explique sa participation au morceau "Les années Reagan" sur l'album des Nus

 

C’est donc désormais possible, 11 titres dont 3 figuraient sur l’album historique, les autres sont parfois aussi des morceaux anciens, mais revisités et qui n’avaient jamais été enregistrés. Etienne Daho a confié les bandes à Jean-Louis Piérot, ex-Max Valentin et qui a réalisé quelques très beaux albums depuis pour Daho bien sûr mais aussi Miossec, ou Bashung par exemple. Ce tome 2 des Nus bénéficie donc cette fois des meilleurs atouts, y compris pour la pochette signée Richard Dumas. Le public jugera...


Infos pratiques :

  • Site internet : http://www.lesnus-music.com/
  • Prochain concert : le samedi 30 avril à l'Ubu à Rennes
  • Sortie de l'album "Les Nus" : vendredi 18 mars 2016 
Composition du groupe :
- Christian Dargelos : chant
- Goulven Hamel : guitares
- Rémy Hubert : claviers/choeurs
- Pierre Corneau: basse
- Alain Richard : batterie
- Avec la participation sur l'album de Dominic Sonic à la guitare acoustique, de Chris Georgelin à la guitare et de Eric Orthuon à l'harmonica.

Pochette de l'album "Les Nus" © Richard Dumas