Hôpital de Bastia, les grévistes réclament un comité interministériel

06/11/2017 - En grève de la faim depuis le 30 octobre, une partie des grévistes retient les directeurs de l'hôpital de Bastia et de l'ARS dans les bureaux de la direction. / © M. GRAZIANI / FTVIASTELLA
06/11/2017 - En grève de la faim depuis le 30 octobre, une partie des grévistes retient les directeurs de l'hôpital de Bastia et de l'ARS dans les bureaux de la direction. / © M. GRAZIANI / FTVIASTELLA

En grève depuis le 30 octobre, des personnels de l'hôpital de Bastia ont retenu lundi dans les bureaux de la direction, les directeurs de l'établissement de soin et de l'ARS, afin d'obtenir l'organisation d'un comité interministériel pour obtenir des crédits pour l'hôpital.

Par Grégoire Bézie / France 3 Corse ViaStella

La situation s'est finalement débloquée peu avant 22h. Lors d'une réunion avec les grévistes, les directeurs de l'ARS et de l'hôpital se sont engagés à obtenir l'organisation d'un comité interministériel, afin de discuter de la situation financière de l'hôpital.

Aucune date n'a été fixée, mais les grévistes souhaiteraient qu'il soit organisé avant la fin de la semaine.

Hôpital de Bastia, les grévistes réclament un comité interministériel
Viviane Albertelli, déléguée CGT; Dr Serge Fity, médecin du travail - France 3 Corse ViaStella - Maïa Graziani, Quentin Cézard

Poursuite de la grève de la faim


En attendant, le mouvement de grève se poursuit à l'hôpital de Bastia, sans pour autant bloquer l'accès aux soins pour les usagers.

Sur les six grévistes de la faim, deux ont arrêté pour des raisons médicales. Mais d'autres devraient prendre le relais, selon la CGT Santé, à l'origine du mouvement entamé le 30 octobre. 

Lundi, une cinquantaine de personnels ont retenu les directeurs de l'ARS et de l'hôpital toute la journée, réclamant le déblocage de 15 millions d'euros pour faire face au déficit abyssal de l'établissement, estimé à plus de 50 millions d'euros.

Les brancardiers de l'hôpital avaient également rejoint le mouvement de protestation, n'assurant plus que le transport urgent des malades.

Illustration du déficit de moyens, le SAMU a indiqué que son standard était en panne. Seuls deux téléphones permettent aux urgentistes de recevoir des appels. 


Le 2 novembre, l'ARS avait annoncé un déblocage de 3 millions d'euros, jugé totalement insuffisant pour assurer le sauvetage financier de l'hôpital de Bastia.

"Ca ne permettra pas de prendre en charge les patients correctement dans les services, avec les traitements, le matériel, et payer les fournisseurs," avait estimé Josette Risterucci, secrétaire CGT Santé, gréviste de la faim.

Le directeur de l'hôpital de Bastia avait lui annoncé un versement de 6 autres millions d'euros d'ici la fin de l'année, promis selon lui par l'ARS. Ce qui permettrait de solder les dettes de l'année dernière, mais pas plus.

Hôpital de Bastia : la colère monte
Viviane Albertelli, déléguée CGT, gréviste de la faim; Franck Rouquette, brancardier; Marjorie Casula, ergothérapeuthe; Wilma Sartori, déléguée CGT, gréviste de la faim - France 3 Corse ViaStella - Maïa Graziani, Quentin Cezard



A lire aussi

Sur le même sujet

À Bastia, U Rinnovu fait salle comble

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne