publicité

TER PACA : un nouveau protocole pour plus de qualité

La région Paca et la SNCF sont désormais liées par un nouveau protocole, signé aujourd'hui. Il prévoit plus de sécurité, une amélioration des insfrastructures mais aussi un dispositif d'indemnisation pour les abonnés.

  • Par Catherine Lioult
  • Publié le
Christian Estrosi, président de la région Paca, et Guillaune Pépy, président de la SNCF, à l'occasion de la signature du protocole d'accord © MAX PPP

© MAX PPP Christian Estrosi, président de la région Paca, et Guillaune Pépy, président de la SNCF, à l'occasion de la signature du protocole d'accord

Le président de la SNCF, Guillaume Pépy  était à Marseille pour la séance plénière du Conseil Régional Paca.
L'occasion de signer un protocole avec le président de la région Christian Estrosi.
Le 21 décembre dernier, les deux hommes s'étaient rencontrés pour évoquer les difficultés rencontrées par les personnels et les usagers. Voici, en résumé, l'avenant, qui a été validé. Il se décline en trois volets.

Amélioration de la qualité de service

Constat : en Paca, plus de 100 000 voyageurs utilisent les trains express régionaux.
En 2015, 18% des trains affichaient des retards, 4 %  d'entre eux étaient supprimés.

Dès le 1er mai 2016, un dispositif d'indemnisation des passagers via SNCF Mobilités sera à l'essai pour les abonnés des axes Marseille-Toulon et Les Arcs-Vintimille, avec en cas de perturbations, le remboursement le mois suivant d'une partie de l'abonnement.

De plus,  dès septembre 2015, une application internet permettra aux usagers de communiquer directement avec la Région pour s'exprimer sur les conditions de voyage.

Plus de sécurité dans les trains et les gares

Constat : en 2015, 6 700 actes de malveillance, atteintes aux personnes ou aux biens ont été déplorés, dont plus de la moitié dans les gares, malgré les 840 caméras de surveillance. La fraude s'élève à 18% sur tout le réseau, soit un manque à gagner pour l'exploitant de 10 millions d'euros.

Dès le 1er mai, la gare St Charles à Marseille, et la gare de Nice disposeront chacune d'un centre de surveillance vidéo ( 280 000 euros au total) et des études seront faites pour Toulon et Avignon.
La région envisage plus de caméras dans les trains ( 41 % des trains sont équipés à ce jour), et dans les gares.
© MAX PPP

© MAX PPP


Deux équipes de sûreté et de lutte anti fraude, soit 100 personnes au total, seront opérationnelles à l'automne 2016.
Des portiques et des tourniquets pour l'accès aux trains sont en cours d'expérimentation et feront l'objet d'un bilan.

Des infrastructures améliorées

Constat: Nice-Riquier est la 8è gare de PACA, avec 1,3 million de passagers par an, mais ses quais sont trop courts. Ils seront allongés en 2019 mais une solution temporaire est à l'étude.
Quant à la maintenance lourde, elle est effectuée à Marseille Blancarde.  Un nouvel atelier de maintenance est  envisagé dans les Alpes-Maritimes.



les + lus