publicité

Besançon : des paysagistes esquissent l'après Rhodiaceta

La friche industrielle de la Rhodia sera démolie dans les prochains mois. Du 1er au 3 mars 2016, un atelier réunit une dizaine de paysagistes. Objectif : voir avec la ville quels éléments d'architecture peuvent être conservés sur le site.  

  • Par Sophie Courageot
  • Publié le , mis à jour le
Depuis 1982, le temps s'est arrêté sur la friche de l'ancienne usine textile Rhodiaceta à Besançon © Marc Perroud

© Marc Perroud Depuis 1982, le temps s'est arrêté sur la friche de l'ancienne usine textile Rhodiaceta à Besançon

Dessiner l’avenir, sans oublier le passé. L'atelier va réunir urbanistes, paysagistes et architectes. Après plus de 20 ans de procédures judiciaires, la ville de Besançon s'attelera dans les prochains mois à la destruction du site de la Rhodiaceta.

Les urbanistes savent déjà qu'ils conserveront sur le site plusieurs éléments architecturaux de l’usine Rhodiaceta. Parmi elles, les vieux bâtiments des soiries où le Comte Hilaire de Chardonnet avait son bureau. Une tour, une chapelle, un ponton... quelles traces du passé peuvent s'incrire dans le projet de parc urbain ? C'est le but de ces ateliers. Repérer ce qui peut être remis en état. Répérer ce qui fera sens dans le futur.  

Que conserver de la friche de la Rhodiaceta ?

Un atelier paysage réunit plusieurs professionnels de l'urbanisme durant trois jours à Besançon. La friche sera démolie en 2017.

Une partie du site de l'ancienne usine de textile Rhodiaceta à Besançon © Ville de Besançon

© Ville de Besançon Une partie du site de l'ancienne usine de textile Rhodiaceta à Besançon


Les anciens bâtiments des soiries de Chardonnet © France 3 Franche-Comté : Laurent Brocard

© France 3 Franche-Comté : Laurent Brocard Les anciens bâtiments des soiries de Chardonnet


En 2019 au plus tard, la Ville de Besançon espère offrir un vaste espace de nature et de loisirs aux Bisontins. L'usine de la Rhodiaceta appartenant au groupe textile Rhône Poulenc a cessé toute activité depuis 1982. Depuis 1994, elle était entre les mains d'un liquidateur judiciaire. En 2014, la ville a pu racheter enfin le site au prix de un euro symbolique.

Quel calendrier pour la démolition ? 


Le désamiantage de l’ancienne usine devrait débuter à l’automne 2016. L’opération est prévue sur six mois. Dans la foulée, la friche sera démolie en 2017.
les + lus
les + partagés