Un plan de départs volontaires annoncé à l’usine Dunlop d’Amiens

© Maxppp
© Maxppp

Les représentants du personnel ont été convoqués ce matin par la direction de l'usine Dunlop à Amiens afin de parler d'un projet de départ volontaire pour 75 personnes. À ce jour, selon la CFTC, 45 salariés ont manifesté leur volonté de partir.

Par Célia Mascre

La direction de l'usine Dunlop Amiens a annoncé ce matin un Projet de départs volontaires (PDV) concernant 75 salariés, ce qui représene 8% des effectifs princaplement avec des mesures de départs en pré-retraite ou de projets personnels.

"La Direction nous a informé que les ventes avaient baissé de 27% sur les 5 dernières années en Europe", a déclaré la CFTC, majoritaire dans l'entreprise. "Pour la direction, cette baisse d'effectifs est une opportunité pour notre site afin de baisser les coûts", poursuit la CFTC dans un communiqué.

Projet de départs volontaires à Dunlop Amiens : la réaction de Vinot Honoré, secrétaire du syndicat SUD chimie

La suppression de postes concernerait 28 salariés de la production et 47 salariés dans les services. À ce jour, selon la CFTC, 45 salariés ont manifesté leur volonté de partir.

La direction n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations. 

Un prémice en octobre dernier

En octobre dernier, les salariés amiénois de Dunlop apprenaient la fermeture de l'usine de Phillippburg, en Allemagne. À l'époque, ils avaient la sensation d'avoir échappé au pire. "C'était eux ou nous", avait déclaré un syndicaliste.

En Allemagne, il reste 5 usines Dunlop actuellement tandis que l'usine d'Amiens est la seule en France. La dernière usine du complexe industriel de Fort Dunlop, près de Birmingham en Grande-Bretagne, a fermé en mars 2014.

Projet de départs volontaires à Dunlop Amiens : la réaction de Thierry Récoupé, secrétaire CFTC

Installé à Amiens depuis 1959, Dunlop appartient au même groupe américain qui détient l'usine Goodyear d'Amiens Nord. L'entreprise a en effet fusionné, en 2004, avec Goodyear afin de créer le "site le plus moderne d’Europe". Avec une condition tout de même, accepter le rythme des 4x8. Une bonne chose pour Thierry Recoupé : "si on était resté à l'état d'il y a 6 ans, on serait assurément fermé", assure-t-il. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Du rafting à Picquigny sur la vieille Somme

Près de chez vous

Les + Lus