Giverny : le village de Monet candidat au patrimoine mondial

VIDEO : deux ministres à Giverny
Jean-Yves Le Drian et Sébastien Lecornu. Le ministre des Affaires étrangères et le secrétaire d'État à la Transition énergétique sont venus soutenir la candidature de la ville au patrimoine mondial de l'Unesco

Le ministre chargé du touriste Jean-Yves Le Drian visite lundi (10/07/2017) le village de l'Eure pour soutenir sa sélection par l'Unesco. Connu comme le "village des impressionnistes", c'est le second lieu le plus visité de Normandie

Par Simon Auffret

Le Havre, le Mont-Saint-Michel, et peut-être Giverny ? Le village frontalier des Yvelines et de l'Eure veut faire partie de la liste des sites du patrimoine mondial de l'Unesco. Les deux autres sites normands sont pour l'instant les deux seuls de l'ouest de la France.

C'est notamment pour cette raison que Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires Étrangères, vient visiter la maison dans laquelle le peintre impressionniste Claude Monet a vécu plusieurs années. Le tourisme fait partie du portefeuille de l'ancien ministre de la Défense, qui pourrait annoncer la candidature du village lors d'une allocution prévue en fin d'après-midi. Il est aujourd'hui accompagné de Sébastien Lecornu, ancien président du département de l'Eure et désormais secrétaire d'État auprès de Nicolas Hulot.

Giverny est classé second site touristique le plus visité de la région par l'office de tourisme régional, derrière le Mont-Saint-Michel. L'accession à cette liste prestigieuse, surtout désiré pour la visibilité qu'elle apporte, est cependant loin d'être acquise pour le village.



Malgré le passage de Monet et la renommée internationale du lieu, le processus de sélection est drastique. L'ensemble urbain à pans de bois, cathédrale, l'église Saint-Ouen et l'église Saint Maclou de Rouen sont par exemple candidats depuis 1996. Le massif du Mont-Blanc est lui présent dans la "liste indicative" rassemblant les candidats français depuis 2000. Les plages normandes du débarquement de 1944 ont débuté leur candidature en 2014.

C'est l'état français qui soumet ensuite la candidature, examinée par trois organisations consultatives puis par le comité du patrimoine mondial, qui peut le valider - ou non. En plus d'avoir une "valeur universelle exceptionnelle", le site doit remplir l'un des dix critères fixés par l'Unesco. Parmi ceux ci, "représenter un chef-d'œuvre du génie créateur humain", "apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue" par exemple.

Outre le patrimoine mondiale, la Normandie abrite des traditions reconnues par l'Unesco : le carnaval de Granville a été inscrit au patrimoine culturel immatériel par l'organisation. La tapisserie de Bayeux est elle entrée dans la collection Mémoire du monde, dédiée aux ressources documentaires, en 2007.

Sur le même sujet

Exercice attentat : interview de J. Ayache, UNSA-Education 76

Près de chez vous

Les + Lus