Cassinomagus, la vitrine de l’archéologie

© Margaux Blanloeil
© Margaux Blanloeil

"Cassinomagus" est un incontournable. Situé à Chassenon, en Charente, à la frontière de la Haute-Vienne, ce site archéologique gallo-romain détient notamment les thermes les plus monumentaux et les mieux conservés de France.

Par Margaux Blanloeil

Cassinomagus est le nom antique d’une agglomération gallo-romaine établie entre le Ier et le IVe siècle de notre ère.

C’est grâce à Jean-Henri Moreau, un libraire, passionné d’archéologie, que le site est nettoyé, fouillé, puis protégé de 1958 à 1988. Il découvre ici un complexe monumental doté d’un temple, d’un aqueduc, d’un amphithéâtre et des thermes.

Au début de notre ère, la renommée du site était telle que les gens venait de tout l’empire Romain (qui s’étend de l’Angleterre, à la Turquie et de l’Afrique du Nord à l’Allemagne), notamment parce que Cassinomagus se situait au croisement de deux grandes voies romaines très fréquentées (via agrippa: Lyon-Saintes et voie nord sud Poitiers-périgueux).Ils venaient honorer les dieux, se purifier et parfois se guérir.
Cassinomagus, la vitrine de l’archéologie
« Cassinomagus » est un incontournable. Situé à Chassenon, en Charente, à la frontière de la Haute-Vienne, ce site archéologique gallo-romain détient notamment les thermes les plus monumentaux et les mieux conservés de France.  - F3 Limousin - Margaux Blanloeil, André Abalo et Sophie Spielvogel


Les thermes

Ce sont surtout ses thermes qui font aujourd’hui parler du site. Car, ils sont dans un état de conservation spectaculaire.
Les thermes sont à cette époque un lieu important de sociabilité, de détente, d’hygiène mais aussi de guérison.

© Margaux Blanloeil
© Margaux Blanloeil


Ceux de Cassinomagus ont été construits à la fin du Ier siècle avec des pierres issues de l’écrasement d’une météorite dans la région. Ils s’étendent sur un hectare et demi et sept mètres de hauteur. Pendant plus de trois siècles, ils sont utilisés comme établissement de cure à l’intérieur du sanctuaire. Leur état de conservation est incroyable. Ils ont été construits sur trois niveaux et cela est encore visible.

Les trois niveaux :
  • Le niveau inférieur des thermes est celui des égouts et des salles voutées destinées à soutenir le bâtiment.
  • Le rez-de-chaussée est réservé au personnel d’entretien qui assurait notamment le fonctionnement des fours (utilisés pour chauffer les bains).
  • L’étage est destiné aux curistes et aux baigneurs.

Le circuit emprunté par le public dans les thermes est précis et on le distingue nettement aujourd’hui : le parcours commençait dans une salle destinée à l’exercice physique ou dans des salles de plus en plus chaudes (le tepidarium, le sudatio et le caldarium). Ensuite, les baigneurs se plongeaient dans un bain froid (le frigidarium).
© Margaux Blanloeil
© Margaux Blanloeil


Un site attractif


Aujourd’hui, le site attire des milliers de visiteurs chaque année.

En plus, des vestiges en plein air, un musée présente les divers objets retrouvés qui témoignent de l’importance du site. Les mystères de Cassinomagus ne sont pas encore tous découverts.

Tous les ans, des chantiers de fouille ont lieu et à chaque fois, des vestiges sont déterrés. L’ampleur de cette ancienne ville est considérable et assure aux archéologues du travail pour de longues années encore.

© Margaux Blanloeil
© Margaux Blanloeil

 

Sur le même sujet

La Nao Victoria en escale à La Rochelle

Près de chez vous

Les + Lus