Emmanuel Macron : “On ne peut pas aimer les Chinois qui achètent des Airbus et pas ceux qui investissent dans l'aéroport”

Emmanuel Macron / © AFP
Emmanuel Macron / © AFP

En visite express dans le Lot, Emmanuel Macron était l'invité du 19/20 de France 3 Midi-Pyrénées ce vendredi. Le candidat d'En Marche ! à la présidentielle a notamment répondu à la polémique sur la vente de l'aéroport de Toulouse-Blagnac signée lorsqu'il était ministre de l'économie. 

Par Fabrice Valery

Pour Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle et ancien ministre de l'Economie, "on ne peut pas aimer les Chinois qui achètent des Airbus et pas les Chinois qui investissent dans l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Ce sont les mêmes Chinois qui achètent environ un tiers des Airbus produits à Toulouse". 

C'est ce qu'il a indiqué dans le 19/20 de France 3 Midi-Pyrénées, ce vendredi, à l'occasion d'un déplacement dans le Lot. Rappelant, au passage, qu'il assume cette vente d'actions de l'aéroport toulousain "décidée par (s)on prédécesseur". 

Depuis qu'elle a été décidée par Arnaud Montebourg puis orchestrée par son successeur à Bercy Emmanuel Macron, la privatisation partielle de la société Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB) ne cesse de faire polémique. 49,9 % du capital, détenus par l'Etat, ont été vendus à des actionnaires chinois. Surtout, après les révélations de Médiapart, les opposants à cette vente cherchent toujours à se procurer l'éventuel "pacte secret"entre l'Etat qui conserve 10 % des parts et les dirigeants chinois. 

Macron "assume" la vente de l'aéroport de Toulouse
En visite express dans le Lot, Emmanuel Macron était l'invité du 19/20 de France 3 Midi-Pyrénées ce vendredi.

A noter que l'ancienne ministre UDF, Anne-Marie Idrac, placée par les actionnaires chinois à la tête de l'aéroport de Toulouse-Blagnac a récemment annoncé son soutien à... Emmanuel Macron !

Emmanuel Macron était donc en visite éclair ce vendredi dans le département du Lot où il était en terre (presque) acquise à sa cause : le député Jean Launay, le président du Conseil départemental Serge Rigal et son prédécesseur et sénateur Gérard Miquel ont rejoint son mouvement. Visite de Rocamadour, conférence de presse et meeting à Souillac. 

A deux mois du premier tour, la plupart des sondages placent Emmanuel Macron en deuxième position derrière Marine Le Pen

Sur le même sujet

Macron "assume" la vente de l'aéroport de Toulouse

Près de chez vous

Les + Lus