Un candidat d'En Marche suspendu dans la première circonscription de Haute-Garonne

© AFP/ Pascal Pavani
© AFP/ Pascal Pavani

Dimanche soir, le parti LREM a suspendu la candidature de Pierre Cabaré dans la 1ère circonscription de Haute-Garonne. Ce dernier avait été condamné à un an d'inéligibilité après le rejet de son compte de campagne pour les législatives de 2002.

Par DG et AFP

La République En Marche a suspendu ce dimanche soir son candidat Pierre Cabaré sur la première circonscription de Haute-Garonne. La raison de cette décision : sa condamnation d'un an d'inéligibité en 2003, suite au rejet de son compte de campagne pour les législatives de 2002. Pierre Cabaré était alors candidat sous l'étiquette Cap 21.

"Je n'ai rien coûté à la société"

Pierre Cabaré a déclaré à l'AFP qu'il "n'y connai[ssait] rien" et ne "sa[vait] pas à l'époque qu'il fa[llait] avoir un mandataire financier": il avait donc utilisé son "compte personnel". Il a expliqué avoir reçu un kit de campagne du mouvement (profession de foi, bulletins...) et n'avoir payé que "quelques pots de colle" pour ses affiches. "Je n'ai été remboursé de rien, je n'ai rien coûté à la société", rappelle-t-il aujourd'hui. "J'avais déposé mon compte en retard parce que ma femme était gravement malade", souligne-t-il, ajoutant qu'il n'était alors "plus dans la campagne".
"Je suis honnête. Aujourd'hui, j'ai des comptes qui sont précis, au cordeau", a-t-il déclaré à l'AFP, voyant dans la révélation de cette information "un coup porté par [ses] concurrents qui ne trouvent rien d'autre que ça pour atteindre [son] intégrité".

En 2001, nous avons retrouvé une de ses interviews. Alors candidat aux municipales à Toulouse, il appelait à l'exemplarité de ses adversaires politiques.

L'information a amené à la suspension du candidat par le parti LREM. Dès janvier, Emmanuel Macron, lorsqu'il était candidat à la présidentielle, avait indiqué dans son appel à candidatures pour les législatives: "aucun candidat ne devra avoir de casier judiciaire ni avoir subi de peines d'inéligibilité".

Dans un communiqué adressé à la presse, Pierre Cabaré réagit à cette suspension, précisant qu'il ne retirera pas sa candidature. "L’inéligibilité dans mon esprit, comme dans celui des gens est liée à une peine infamante donc pénale et marquée dans le casier judiciaire. Le mien est vierge, ce qui était demandé par la commission nationale d’investiture." Il précise que "l’affaire était tellement minime que je n’ai pas envisagé un recours qui m’aurait surement donné raison. Ce qui arrive est un épiphénomène dans ma campagne de proximité centrée sur l’écoute et l'échange avec les habitants de la première circonscription."

Pierre Cabaré, 59 ans, prothésiste dentaire, s'est présenté à différentes élections en Haute-Garonne depuis 1997, sans étiquette, sous les couleurs de l'UDI ou de Cap 21.
Dès dimanche soir, un de ses adversaires politiques François Chollet, candidat LR sur la 1ère circonscription avait déclaré dans un communiqué ; "Je demande au mouvement LREM de clarifier sa position et de prendre en responsabilité les
décisions les plus appropriées fort de cette information nouvelle. Un silence ne serait interprété que comme une confirmation de cette investiture."
Sur cette première circonscription, les autres candidats sont Catherine Lemorton (PS), Pierre Serveille (100%), Cécilia Spoerry (Parti animaliste), Xavier Bigot (EELV), Olivier Le Penven (LO), Quentin Lamotte(FN), Matthieu Guilhem (UPR), Nourdine Kotbi (MDP), Pierre Lacaze (PCF), Claire Dujardin (la France Insoumise). 

Pierre Cabaré sera l'invité de France 3 Midi-Pyrénées ce lundi soir, à 19h.

Le reportage de Pascale Lagorce et Frédéric Desse :


Un candidat d'En Marche suspendu dans la première circonscription de Haute-Garonne
Hier soir, le parti LREM a suspendu la candidature de Pierre Cabaré dans la 1ère circonscription de Haute-Garonne. Ce dernier avait été condamné à un an d'inéligibilité après le rejet de son compte de campagne pour les législatives de 2002. - F3 Occitanie



Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Grève à l'EHPAD de Rouffiac Tolosan

Près de chez vous

Les + Lus