Procès Merah : qui sont les deux accusés et que risquent-ils ?

Le Palais de Justice de Paris / © MaxPPP
Le Palais de Justice de Paris / © MaxPPP

Le procès des complices présumés du terroriste s'ouvre lundi 2 octobre devant la Cour d'assises spéciales de Paris. Seront jugés : Abdekhader Merah, le frère aîné de Mohamed Merah, et Fettah Malki, accusé de lui avoir fourni une arme. Portraits. 

Par Fabrice Valery

Pendant 5 semaines, la Cour d'assises spéciales de Paris (constituée uniquement de magistrats professionnels) va juger deux hommes accusés d'avoir aidé Mohamed Merah lors des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012.

Evidemment, ce procès sera aussi, en filigrane, celui du grand absent, Mohamed Merah, tué par le Raid le 22 mars 2012, celui des failles des services de renseignements, celui de la première série d'actes terroristes avant Charlie Hebdo, le Bataclan, les terrasses de café à Paris, Saint-Etienne de Rouvray, Nice, qui ont depuis ensanglanté la France. 

Mais ce sera donc avant tout le procès de deux hommes, deux très proches de Mohamed Merah, son frère Abdelkader et Fettah Malki.


Abdelkader Merah risque la réclusion criminelle à perpétuité

Agé de 35 ans, Abdelkader Merah est l'aîné de Mohamed Merah. Interpellé au sud de Toulouse au moment où le Raid intervenait au domicile de son frère, il est en détention provisoire,  après sa garde à vue, depuis le 25 mars 2012. 

Il est accusé d'association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime d'atteinte aux personnes et de complicités d'assassinat ou de tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste ainsi que d'un vol en réunion. 

Abdelkader Merah est donc poursuivi pour avoir participé au vol le 6 mars 2012 du scooter Yamaha T-Max dont s'est servi son frère pour les meurtres. D'avoir également été un soutien logistique pour le terroriste. Surtout, la justice lui reproche d'avoir été l'un des mentors de Mohamed Merah, de prôner lui-même un islamisme radical et d'avoir entraîné son frère dans cette mouvance



France 3 Midi-Pyrénées avait révélé en mars 2013 que Mohamed Merah était déjà dans le viseur des services de renseignements en 2006. Il avait alors 18 ans. C'est en surveillant son frère aîné Abdelkader que les policiers avaient découvert l'existence du cadet, alors jeune malfrat. 

Abdelkader Merah est souvent resté silencieux face aux juges d'instruction. Son avocat Maître Dupont-Moretti indique qu'il n'est pas responsable ni même complice des crimes de son frère. L'accusé devra s'expliquer devant la Cour. Il encourt une peine de réclusion criminelle à perpétuité

Fettah Malki aurait fourni arme et gilet pare-balles

Le sort judiciaire de Fettah Malki, lui aussi âgé de 35 ans, a mis du temps à être tranché. Pour les juges d'instruction, les faits qui lui étaient imputés relevaient du correctionnel. De recours en arrêt de la Cour de cassation, finalement la chambre de l'instruction a requalifié les faits qui lui sont reprochés en association de malfaiteurs terroristes criminelle. Il sera donc dans le box de la Cour d'assises spéciales aux côtés d'Abdelkader Merah.

Il lui est reproché d'avoir détenu et d'avoir fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles (volé à la police) et un pistolet mitrailleur Uzi qui ont servi à Merah durant ses crimes.

Malki est en détention provisoire depuis mars 2013. Il risque 20 ans de prison. 

Uniquement des magistrats professionnels

Il n'y a pas de jurés populaires tirés au sort dans la Cour d'assises spéciales qui juge les affaires de terrorisme. Elle est composée d'un président et de 4 assesseurs (depuis la loi du 27 février 2017, auparavant il y en avait 6). 

L'accusation sera représentée par deux avocates générales du parquet général. Le verdict est attendu le 3 novembre.

Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus