Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Selon Mediapart, un pacte d'actionnaire avec l'Etat donnerait carte blanche aux investisseurs Chinois sur l'aéroport de Toulouse

Les deux pistes seront désormais utilisables pour tous types d'appareils / © Maxppp
Les deux pistes seront désormais utilisables pour tous types d'appareils / © Maxppp

D'après le journal médiapart, un pacte d'actionnaire lierait l'Etat et les nouveaux investisseurs sur l'aéroport de Toulouse. Un pacte qui, contrairement à ce qu'a affirmé Emmanuel Macron, ministre de l'économie donnerait carte blanche aux Chinois. Les acteurs locaux restent méfiants.

Par Véronique Haudebourg

Médiapart publie ce dimanche un article dénonçant un pacte d'actionnaire  (lien vers un article payant) liant l'Etat Français aux nouveaux actionnaires de l'aéroport de Toulouse. Un pacte selon lequel l'Etat français se rallierait en réalité à toutes les décisions de Symbiose, le nouvel acquéreur chinois.

Le ministre de l’économie Emmanuel Macron, tout comme Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées ont réaffirmé à l'annonce de la cession de 49.9% des parts que l’aéroport de Toulouse resterait entre les mains de l’État et des collectivités locales, l’État gardant 10,1 %, la Région, le département et la ville de Toulouse détenant le solde, soit 40 %.

Les investisseurs chinois sont donc des actionnaires minoritaires, mais, si l'on en croit les documents publiés par médiapart, l'Etat "leur offre les clefs de l’entreprise pour qu’ils en prennent les commandes."

L'article dévoile que "la société sera supervisée par un conseil de surveillance de 15 membres, dont 2 désignés par l’État et 6 désignés par l’investisseur chinois". Ces huit membres du conseil de surveillance, liés par le pacte, "garantiront aux investisseurs chinois minoritaires de faire strictement ce qu’ils veulent et d’être majoritaires au conseil de surveillance.". L'Etat s'engagerait également à soutenir les candidats, décisions et orientations décidées par les Chinois.

Ce pacte est donc prévu pour une durée de douze ans, reconductible pour les dix années suivantes.

Le consortium retenu, baptisé Symbiose, a mis sur la table 308 millions d'euros. Il regroupe les chinois Shandong Hi-Speed Group (gestion d'infrastructures de transport), et Friedmann Pacific Asset Management, une société de gestion d'actifs de Hong Kong. Il bénéficie en outre de l'appui technique du canadien SNC-Lavalin (ingénierie et infrastructures).

La ​méfiance des collectivités locales

Les acteurs locaux oscillent entre vigilance et colère après la cession contestée à un consortium chinois de près de la moitié de l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

"L'Etat hypothèque l'avenir" : Jean-Louis Chauzy, président du conseil économique social et environnemental de Midi-Pyrénées (Ceser) ne décolère pas depuis l'annonce, "La France vend ses parts à l'Etat chinois et donc au Parti communiste car ces sociétés sont détenues par l'Etat chinois. Le loup est dans la bergerie", affirme celui qui a pris depuis des mois la tête de la fronde anti-chinoise au nom du "patriotisme industriel européen". Jean-Louis Chauzy dénonce carrément un "marché de dupes". "Le protocole de vente prévoit un pacte d'actionnaires entre l'Etat et le concessionnaire qu'il a choisi", assure le président du Ceser, en écho à une source bancaire proche du dossier.

Du côté de l'Association contre les nuisances aériennes, on parle de "catastrophe". "Les Chinois veulent doubler voire tripler le trafic (7,5 millions de passagers en 2013). Ce n'est pas envisageable dans un aéroport qui est déjà le plus enclavé de France  (...) on brade la santé des gens ", a accusé Chantal Demander, sa présidente, en annonçant "des actions" à venir.

"Nous resterons vigilants pour que l'Etat conserve les 10,01%", prévient le maire UMP de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

"J'attends la traduction concrète de l'hypothèse avancée d'une cession de 16%, à un pool d'investisseurs régionaux par exemple", a averti Bernard Keller, le maire radical de gauche de Blagnac.

Alain Di Crescenzo, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse (CCIT), voit lui aussi dans la possible cession de 16% "une opportunité pour réaliser un pacte local qui pourrait détenir la majorité d'ATB". "Nous sommes d'ores et déjà en contact avec des investisseurs", a-t-il ajouté.

Le président socialiste du conseil général de Haute-Garonne Pierre Izard a souligné qu'il "restera extrêmement vigilant. Il fera tout pour consolider la minorité publique de blocage" des trois collectivités et de la CCI.



Sur le même sujet

Canet (34) : les travaux ont commencé pour rouvrir le pont suspendu

Près de chez vous

Les + Lus