Dépakine : une association de Pollestres lance une action contre Sanofi

Très efficace contre l’épilepsie, ce médicament "star" a été abondamment prescrit. / © JEAN-FRANCOIS FREY / MaxPPP
Très efficace contre l’épilepsie, ce médicament "star" a été abondamment prescrit. / © JEAN-FRANCOIS FREY / MaxPPP

L’association des victimes de l’anti-épiléptique Dépakine APESAC, basée à Pollestres dans les Pyrénées-Oridentales, a annoncé mardi le lancement d’une action de groupe contre le laboratoire Sanofi. C’est la première action de ce type en France.

Par J.M avec AFP

Des milliers de victimes de l’anti-épiléptique se sont réunis pour intenter une action en justice contre le laboratoire Sanofi, une première en France.

Nous avons lancé la première phase amiable de l'action de groupe en écrivant une lettre recommandée au groupe Sanofi-Aventis France pour lui demander d'accepter sa responsabilité et d'indemniser les victimes,


a déclaré Me Charles Joseph-Oudin, l'avocat d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac).

Une action engagée par l’APESAC


L'Apesac, ( Association d’Aide aux Parents d'Enfants souffrant du Syndrome de l'Anti-Convulsivant ) qui fédère plus de  2.000 familles, reproche à Sanofi de ne pas avoir informé les femmes enceintes des risques importants de malformations et de troubles neuro-développementaux encourus par leurs enfants.
L’action de groupe va d'abord s’appuyer sur 14 familles de victimes . Elle ne sera ouverte à toutes les familles de victimes que dans un deuxième temps, "lorsque le juge aura caractérisé la responsabilité de Sanofi" et que "le jugement sera définitif", a encore précisé l'avocat de l'Apesac.

Le groupe Sanofi a 4 mois pour répondre à l’Apesac.

L'interview de Marie Martin, présidente de l'Apesac
Dépakine : Interview Marie Martin
L’association des victimes de l’anti-épiléptique Dépakine APESAC, basée à Pollestres dans les Pyrénées-Oridentales, a annoncé mardi le lancement d’une action de groupe contre le laboratoire Sanofi. C’est la première action de ce type en France. - France 3

Plus de 14 000 femmes sont concernées

Le scandale de la Dépakine toucherait un peu plus de 14 000 femmes enceintes et 450 bébés seraient nés avec des malformations congénitales (bec de lièvre, reins, cœur, colonne vertébrale), avec des troubles autistiques ou des retards psychomoteurs.

C'est quoi l'APESAC ?

L'APESAC (Association des Parents d'Enfants souffrant du Syndrome de l'Anti-Convulsivant), est une association nationale reconnue d’intérêt général. Elle est basée à Pollestres dans les Pyrénées-Orientales.
Elle compte environ 2900 familles touchées par le syndrome en France.
L'association est née en 2011 d'un simple constat : personne ne connaissait l'embryofœtopathie à l'acide valproique, et les familles avaient bien du mal à avoir un diagnostic correct et une prise en charge adéquate.

A lire aussi

Sur le même sujet

Villeneuve-lès-Maguelone : pique-nique solidaire pour les migrants

Près de chez vous

Les + Lus