Inceste : 37 ans après, un livre pour que la honte change de camp

C'est l'histoire d'un inceste. Laurent Boyet avait 6 ans quand son calvaire a commencé alors qu'il partageait son lit avec son frère. Sa mère savait mais elle n'a rien dit. Trente sept ans après, il raconte ses maux pour rompre le silence.

Par Olivier Le Creurer

Inceste: témoignage
C'est l'histoire d'un inceste. Laurent Boyer avait alors 6 ans quand son calvaire a commencé alors qu'il partageait son lit avec son frère. - A. Sabatier

A 6 ans

C'est l'histoire d'un inceste. Laurent Boyet avait 6 ans quand son calvaire a commencé alors qu'il partageait son lit avec son frère. "Je suis petit donc je ne comprends pas trop ce qu'il essaie de faire. Il essaie furtivement de me pénétrer. Il y arrive un petit peu. je me retrouve à ne pas comprendre ce qui vient de se passer parce que j'ai six ans, que mon frère, c'est mon héros et surtout je ne retrouve à écouter mon frère qui me dit très vite "Tous les frères font comme ça mais il ne faut pas le dire car c'est un secret de frère" et que si je le disais, on ne serait plus frère"

Je me retrouve à ne pas comprendre ce qui vient de se passer parce que j'ai six ans, que mon frère, c'est mon héros

Sa mère savait

Et cette douleur va durer trois années à chaque fois que son ainé de dix ans rentrait au domicile familial lors des vacances scolaires. Laurent devait garder le secret même vis à vis de sa mère. Et c'est le coup de massue lorsque sa mère, il y a une dizaine d'années, lui confirme qu'elle savait. Puis c'est la rupture avec la famille. Laurent entame alors une thérapie mais cela ne suffit pas. Trente sept ans après, il raconte ses maux pour rompre le silence.

"J'ai écrit en pleurant mais en ayant la nausée, en étant malade. Mais après pour moi, c'était une libération totale, ce n'était pas une guérison mais une cicatrisation."

J'ai écrit en pleurant, en ayant la nausée, en étant malade

Sensibiliser les victimes

Désormais, Laurent milite. Avec son livre courageux,  il souhaite sensibiliser les victimes comme lui à oser dénoncer les responsables. "C'est aller vers les victimes, libérer la parole pour que la honte change de camp." Aujourd'hui Laurent affirme que sa colère est apaisée. Son frère n'existe plus pour lui. Mais son combat continue pour lutter contre les violences sexuelles faites aux enfants.

Libérer la parole pour que la honte change de camp

Sur le même sujet

Toulouse : l'orage inonde un tunnel, le tramway perturbé

Près de chez vous

Les + Lus