Ce qu'il faut savoir sur la Nuit Blanche 2015

Œuvres monumentales, installations visuelles ou sonores, performances, cette année les artistes de la Nuit Blanche s’interrogent sur les enjeux environnementaux.

Par EB

Verte, cette édition de Nuit Blanche met le Nord de Paris à l’honneur et pour la première fois s’étend au-delà de la frontière symbolique du périphérique, en s’associant à la commune d'Aubervilliers en Seine-Saint-Denis

Deux parcours sont prévus au Nord-Est et au Nord-Ouest - reliés par une tangente artistique qui relie ces deux itinéraires (de la Recyclerie à la Halle Pajol)

>> Le premier ira de la gare du Nord (10e) jusqu’à Aubervilliers, en passant par la gare Rosa Parks et les entrepôts MacDonald (19e).

>>Le second passera notamment par le parc Monceau (8e), l’éco-quartier de Clichy-Batignolles (17e) et la Petite Ceinture du 18e arrondissement pour poursuivre son chemin artistique au-delà du périphérique" détaille Bruno Julliard.

Point de rencontre, l’Hôtel de Ville (4e) accueillera une installation monumentale, et vouée à disparaitre au fil de la nuit, du jeune artiste chinois Zhenchen Liu.

Le Nord-Est de la capitale débute par une œuvre pérenne de Leandro Erlich sur le parvis de la Gare du Nord (10e). Le trajet se poursuit dans les 18e et 19e arrondissements, vers la halle Pajol, le CENTQUATRE et la gare Rosa Parks. Cette dernière accueillera l’installation Spectrum, une métaphore du climat créée par les architectes et plasticiens japonais Chikara Ohno et Yusuke Kinoshita. A Aubervilliers, sur l’esplanade du Millénaire, la plasticienne Félicie d’Estienne d’Orves et la musicienne Julie Rousse, tourneront notre regard vers le ciel pour que l’on puisse observer et écouter « en temps réel » les étoiles.

Sur le parcours Nord-Ouest, installations monumentales et performances offriront un parcours à travers les quartiers en plein essor des 17e et 18e arrondissements. Au parc Monceau - point de départ du parcours - Erik Samakh nous invite à « écouter » les conséquences des changements climatiques. Dans l’éco-parc Clichy-Batignolles – Martin Luther-King, l’artiste néerlandais Daan Roosegaarde créera une vague bleue flottant à trois mètres du sol, symbole d’une éventuelle montée des eaux. De là, les visiteurs seront invités à emprunter la Petite Ceinture jusqu’à la porte de Clignancourt. En chemin, ils rencontreront un homme sautant dans un nuage perché à 10 mètres de hauteur, performance conçue par Stéphane Ricordel et découvriront dans un tunnel une grotte Chauvet moderne imaginée par Michel Blazy.

Sur le même sujet

Incendie sur le camp rom de la Chapelle

Actualités locales

Les + Lus