publicité

Radicalisation religieuse : Najat Vallaud-Belkacem réagit après la publication d'un document interne du rectorat

Deux jours après la publication d'un document interne sur la prévention de la radicalisation religieuse dans l'académie de Poitiers, la ministre de l'Education nationale a réagi sur France 3. Najat Vallaud-Belkacem a évoqué un document incontestablement "perfectible"

  • E. Gérard avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
© FTV

© FTV

Alors que la polémique enfle après la publication d'un document interne envoyée par le rectorat de Poitiers aux chefs d'établissements de la Vienne afin de les aider à prévenir la radicalisation en milieu scolaire", la ministre de l'Education nationale a réagi.

Une démarche isolée

Interrogée sur France 3, Najat Vallaud-Belkacem a évoqué un document "sans doute perfectible, c'est incontestable" et "une démarche isolée (...) faite dans cette académie". "Peut-être que les mots ne sont pas parfaits, et nous allons en effet améliorer les choses", a-t-elle ajouté, tout en soulignant qu'"on ne peut pas s'en tenir à la description faite par le papier de Mediapart pour comprendre quel était l'intérêt de ce document".
Jusqu'à présent, le rectorat de Poitiers n'a pas souhaité commenter ce document qui a suscité de vives réactions.
N. Vallaud-Belkacem invité du 12/13

Maladresse ou racisme ? 

Sur notre antenne hier, Jean-François Roland du SE-UNSA évoquait une maladresse : "ce n'est pas vraiment le vocabulaire employé habituellement dans l'Education nationale. Si on reprend certains termes utilisés (NDLR : dans ce document), je pense que c'est une maladresse. "
Chez nos confrères de France Bleu, Magali Espinasse la secrétaire académique du syndicat SNES-FSU a elle dénoncé une "caricature grossière" et des "simplifications outrancières". "On signale des traits physiques qui pourraient permettre de reconnaître des personnes dangereuses, des attitudes, ou même des propos (...). C'est du racisme pur et dur", a déploré la responsable syndicale.

Fantasme ou réalité ?

L'académie de Poitiers doit-elle faire face à des cas de radicalisation religieuse dans ses établissements scolaires ? A ce jour, le rectorat reste silencieux sur la question.Toutefois, selon nos informations, plusieurs élèves auraient été signalés comme potentiellement "sur le point de basculer", notamment dans des collèges. Une situation qui aurait conduit à une diffusion rapide de ce document auprès des chefs d'établissements. 

les + lus
les + partagés