Jeudi après-midi, Marine le Pen est descendue à Clermont-Ferrand pour rencontrer les agriculteurs au Sommet de l'élevage. La présidente du Front National a une nouvelle fois critiqué la droite, la gauche, leurs politiques agricoles, la PAC et l'Europe.

"Je viens de la Manche, j'ai fait 800 kilomètres pour venir la voir". Evelyne a le sourire aux lèvres en suivant Marine le Pen dans les allées du Sommet de l'élevage à Clermont-Ferrand. L'agricultrice explique que les déboires de son exploitation ont trouvé pour seule issue une liquidation judiciaire et que le Front National est l'unique parti qui ait prêté attention à son histoire. Pour elle, venir en Auvergne aujourd'hui, c'était une manière de remercier la présidente frontiste de cette attention et lui dire qu'elle la soutiendrait bec et ongles dans les prochaines années. Déçue par Nicolas Sarkozy et l'UMP, n'attendant rien du Parti Socialiste, Evelyne a donc trouvé refuge parmi les électeurs du Front National. Et elle n'est pas un épiphénomène dans le milieu agricole. A en juger par l'accueil que les éleveurs ont réservé à Marine le Pen à l'occasion de cette escapade clermontoise, il semblerait que son parti soit toujours une alternative crédible, aux yeux de certains, pour prendre les commandes du pays en général et pour régler les problèmes des agriculteurs en particulier. Sans faire de généralité, les anti Le Pen existent et ils sont sûrement toujours majoritaires au sein de l'électorat agricole, on ne peut nier cette réalité : Marine a été bien accueilli à la Grande Hall d'Auvergne et elle a montré une nouvelle fois qu'elle maîtrisait parfaitement cette arme redoutable qu'on appelle "communication".

"Les stars, ce sont les vaches"

La présidente du Front National n'a jamais été avare de sourires, de poignées de main, d'autographes, allant jusqu'à accepter toutes les photos demandées, que ce soit auprès d'un être humain ou d'un bovidé. Dans les allées du Sommet de l'élevage, on est curieux, on se retourne sur elle, on s'arrête, on cherche son smartphone pour immortaliser l'instant. Marine le Pen était la star du jour. "Non, dit-elle, ce sont les vaches les stars". Stéphane le Foll, ministre de l'agriculture en visite le matin même, n'a pas eu pareil traitement. Sans pour autant parler d'indifférence, il n'a pas suscité la même curiosité auprès des badauds ou des exposants.

Marine le Pen : "il faut nationaliser la PAC"

Après avoir mené une opération séduction en mars dernier, au salon de l'agriculture à Paris, "MLP" a confirmé, jeudi après-midi, sur les terres auvergnates, son intérêt pour la cause agricole. Elle a fustigé les politiques de gauche et de droite trop à l'écoute des ordres venus de Bruxelles, elle a critiqué "l'Organisation Mondiale du Commerce qui tue l'agriculture française", ajoutant que "le monde agricole et le monde rural se sentent complètement oubliés des politiques nationale, ils ont le sentiment que les politiques se penchent toujours aux chevets des même personnes, celles qui sont les plus revendicatrices. Or, ils détiennent entre leurs mains un trésor d'indépendance et personne ne semble en prendre conscience". Bref, elle a servi un discours bien huilé, bien rôdé après plusieurs mois de campagnes électorales, un discours qui n'a surpris personne ici mais qui a su trouver des oreilles attentives.

Comment s'est déroulée la visite de la présidente du Front National  et comment a-t'elle été perçue par les visiteurs du salon.Voici le compte rendu de nos confrères de la rédaction TV de France 3 Auvergne.


L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité