Cet article date de plus de 8 ans

En Haute-Savoie, le radar de Bardonnex n'est plus le "serial flasheur"

Champion de France 2011 de la rentabilité, le radar situé près de la douane de Bardonnex à la frontière suisse se classe désormais à la 4e place nationale.

En février 2012, le radar de Bardonnex crépitait encore en moyenne 450 fois par jour.
En février 2012, le radar de Bardonnex crépitait encore en moyenne 450 fois par jour.
Il n'y a pas si longemps, on le surnommait affectueusement le "serial flasheur", avec ses 155.581 flashs enregistrés en 2011... Rien, ni personne, ne lui échappait, voiture ou camion, tous étaient immortalisés par cette machine sans coeur. 

Placé en bout d'autoroute, le "flash" bénéficie de l'effet de surprise dans une portion, à l'approche de la barrière douanière, où la limitation de vitesse passe brusquement de 110 km/h à 50 km/h. Il a été placé dans une zone très dangereuse, où les véhicules roulent très vite. 

En février 2012, au moment de notre reportage, il enregistrait plus de flashs que la totalité des 21 autres radars de Haute-Savoie. 


Mais plus on est au top, plus il est facile de tomber de son piédestal. Pour preuve, les derniers chiffres du Ministère de l'Intérieur. On y découvre que le radar de Bardonnex a perdu son titre. En 2012, il aurait enregistré "seulement" 83.670 flashs, c'est presque la moitié de sa performance de l'an dernier. 

Désormais, c'est le radar de Saint-Avertin en Indre-et-Loire qui se hisse à la tête du podium, avec 135.1800 flashs. Explication, le radar a été placé en descente, en amont d'un tronçon dont la limitation de vitesse est passée de 110 km/h à 90 km/h. 

A Saint-Avertin, comme à la douane de Bardonnex, il faut espérer que le nombre de flashs ait été dissuasif pour les fous du volant. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trafic routier