Le propriétaire du zoo du Bouy devant le tribunal de Clermont-Ferrand pour maltraitance

La fondation 30 millions d'amis avait porté plainte pour " actes de cruauté" envers les animaux. Le propriétaire du zoo du Bouy, près d'Ambert dans le Puy-de-Dôme, se défend de toute maltraitance et parle d'acharnement. 

Un des 400 animaux du Zoo du Bouy
Un des 400 animaux du Zoo du Bouy
Le propriétaire du zoo du Bouy, un parc animalier situé près d'Ambert, dans le Puy-de-Dôme, comparaissait mardi après-midi devant devant le tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand. La fondation 30 millions d'amis avait porté plainte pour " actes de cruauté" envers les animaux.
Deux questions principales ont animées les débats.
La première, Alain Albrecht, le propriétaire du zoo, s'est-il rendu coupable de maltraitance envers les animaux ? Notamment en abattant par arme à feu deux kangourous blessés ? Les enclos du zoo étaient-ils trop petits ? En août dernier sept animaux avaient été retirés du zoo par décision administrative pour cette raison. C'est la position de la fondation 30 millions d'amis qui a porté plainte pour " actes de cruauté" envers les animaux. Son l'avocate, Me Eva Souplet s'alarme du nombre très important d'animaux morts dans ce parc zoologique.
Deuxième question évoquée pendant cette journée d'audience, est-on en présence d'un trafic d'animaux ? Une hypothèse formellement démentie par Me Erwan Lorvellec, l'avocat d'Alain Albrecht.
Le tribunal de grande instance de Clermont-ferrand doit rendre son délibéré mercredi 7 novembre
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice animaux
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter