Les régions, un soutien essentiel pour les courts métrages

Publié le Mis à jour le
Écrit par Béatrice Nguyen

Chaque année, la Commission du film Auvergne voit aboutir une quarantaine de projets de films. 4 films tournés dans la région sont présentés au festival du court métrage 2013, une année record. Comment et pourquoi tourner en Auvergne ? Réponse avec la réalisatrice Pamela Varela. 

Pamela Varela  présente "Souffre !"  dans le programme F6. L'histoire de Marta, ouvrière dans une usine qui va fermer et qui va s'isoler, perdant tout espoir.  Ce  film de 25 minutes a été tourné en Auvergne, en mai 2012.  La réalisatrice avait porté son choix sur plusieurs sites : la sucrerie Bourdon à Aulnat, le Creux de l'Enfer à Thiers et les montagnes de Besse.

Après avoir hésité entre l'Alsace et l'Auvergne, c'est donc dans le Puy de Dôme que pendant six jours, s'est tourné "Souffre !"
"J'ai écrit cette histoire d'une femme qui prend une décision  qui va changer sa vie.  explique Pamela Varela. Je voulais montrer son état psychologique, montrer comment on peut exprimer la douleur dans le silence et surtout faire un parallèle avec ces paysages industriels qui eux aussi sont en voie de disparition. Dans la région il y avait plusieurs sites qui correspondaient à ce sentiment de mutilation des paysages, ces paysages abîmés par l'industrialisation... et que je pouvais travailler à l'image."

Après avoir fait des repérages, Pamela Varela choisit le Creux de l'enfer à Thiers, un site fermé, la sucrerie de Bourdon à Aulnat  et parce qu'elle avait besoin de montagnes : Besse.
L'équipe technique est composée en partie de gens de la région  pour les décors, et le son notamment. La figuration aussi a été assurée par des locaux, acteurs ou non, des gens qui avaient souvent vécu cette situation. "La rencontre avec des gens différents, ça nourrit notre univers... C'est  aussi ça qui fait que le film existe, poursuit la réalisatrice.  Il n'était pas question  pour moi de venir en Auvergne sans travailler avec des gens d'ici..."

Le Conseil régional a accordé une subvention de 20 000 euros, et la Commission du film Auvergne a accompagné le projet : "On a collaboré depuis très longtemps avec la Commission, ils m'ont beaucoup aidée sur la recherche de techniciens, l'accompagnement pour le casting, les repérages.  Un accompagnement  global et sur la durée, aussi, c'était une véritable collaboration, on a beaucoup échangé et c'est ce qui me donne envie de revenir tourner en Auvergne !"
Quant à l'aide des collectivités et notamment des régions :  "elle est aujourd'hui essentielle pour le cinéma. Beaucoup de courts métrages ne pourraient pas se faire sans leur aide financière. "

Pamela Varela a déjà un autre projet en Auvergne : toujours autour du thème de la fermeture d'usines et des conséquences pour les gens qui y travaillaient. "J'ai envie d'aller un peu plus loin avec ceux que j'ai rencontrés lors du tournage, utiliser leurs témoignages... Ce sera plutôt cette fois sous forme d'une installation, peut-être au Creux de l'Enfer."





4 films aidés par la Commission du film Auvergne sont présentés en compétition, ils ont été tournés dans le Puy de Dôme, en Haute-Loire et dans l'Allier :

3 dans la catégorie nationale :
Souffre ! , Pamela Varela, 2012, fiction, 25'
Braise, Hugo Frassetto, France, Belgique, 2012,  Animation, 6'50
Le livre des morts, Alain Escalle, France, 2012,  Animation-expérimental, 35' 

et 1 dans la catégorie internationale :
Sevilla, Bram Schouw, Pays-Bas,  2012, Fiction, 11'14

Figure également un court métrage  hors compétition : dans le programme Films en Région: L'écharpe rouge, de Romain Nonn, tourné à Saint-Eloy-les-Mines, Chamblet, Montluçon, et dans la Forêt de Tronçais qui a reçu une aide à la production de la Région Auvergne et un soutien logistique de la Commission du Film.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.