Un brigadier-chef du régiment de la Valbonne (Ain) meurt au Mali

© Ministère de la Défense
© Ministère de la Défense

L'Elysée a annonçé la mort d'un 4e soldat français au Mali.Le brigadier-chef Wilfried Pingaud, du 68e régiment d'artillerie d'Afrique de la Valbonne (Ain), a été tué ce matin alors qu'il participait à une mission de reconnaissance dans l'est du pays.

Par Ph.Bette avec l'AFP

Un soldat français,le brigadier chef Wilfried Pingaud, a trouvé la mort mercredi dans l'opération menée par l'armée française contre les groupes islamistes armés au Mali, le quatrième depuis le début de l'opération le 11 janvier, a annoncé François Hollande.Le militaire tué mercredi participait à une mission de reconnaissance avec un détachement de l'armée malienne, quand leur unité a été prise à partie par un groupe de combattants islamistes.

Il s'agit d'un soldat du 68e régiment d'artillerie d'Afrique de La Valbonne (Ain) âgé de 36 ans et domicilié à Montalieu Vercieu, en Isère. Le brigadier-chef Pingaud a été tué mercredi matin alors qu'il "participait à une opération dans l'Est du Mali, à 100 km de Gao", souligne l'Elysée. Il était marié, père de deux enfants.

François Hollande "rend hommage au sacrifice de ce militaire qui a accompli avec courage et dévouement sa mission pour libérer le Mali des groupes terroristes. Il adresse à sa famille et ses proches ses très sincères condoléances et les assure de la pleine solidarité de la Nation".

Sa mort porte à quatre le nombre de militaires français tués depuis le début de l'opération Serval, l'offensive visant à chasser les groupes islamistes armés du nord du Mali. Environ 4.000 militaires français sont actuellement déployés au Mali, où de violents combats les opposent aux combattants islamistes dans le nord-est du pays, près de Tessalit. Dans la région de Gao (nord) des accrochages entre les forces françaises et l'armée malienne d'une part, les islamistes de l'autre, ont également fait ces derniers jours, selon Paris et Bamako, des dizaines de morts parmi les jihadistes.

Un specialiste du pointage au mortier "lourd"

Le brigadier chef Pingaud aura servi la France durant prés de 18 ans.Il est engagé volontaire à 18 ans en Avril  1995. Il sert d'abord à Mayotte puis en République Centrafricaine et en Polynésie. Il est promu Brigadier chef le 1er Octobre 2000. Il part en Aghanistan de septembre à novembre 2002 dans le cadre de l'opération Pamir et il aide à ce titre à l'instruction de l'armée afghane. C'est un spécialiste du pointage des cibles au mortier "lourd".
Il rejoint la Valbonne le 1er janvier 2009. Le 1er septembre 2011, il est affecté au 68ée régiment d'artillerie d'Afrique. Il est projeté à ce titre le 21 janvier 2013 au Mali dans le cadre de l'opération Serval.




   

Le brigadier-chef Pingaud meurt après un accrochage avec les islamistes

Le site officiel de l'armée francaise précise les circonstances de la mort du Brigadier-chef Pingaud : "Le 06 mars 2013, en début de matinée, un détachement de l’armée malienne est pris à partie par des groupes terroristes dans la région de Tin Keraten, au nord-est d’Imenas, à une centaine de kilomètres de Gao.Immédiatement, les avions de chasse français interviennent au profit des troupes au sol.

Des hélicoptères Tigre et Gazelle du groupement aéromobile sont engagés sur zone. Au cours de cet accrochage, le soldat français est mortellement touché et quatre soldats maliens blessés.

Très rapidement, le brigadier Pingaud est transporté vers l’antenne chirurgicale avancée de Gao afin d’y être opéré. Il décède  des suites de ses blessures quelques heures après. Les soldats maliens ont également été évacués par les hélicoptères belges sur l’ACA de Gao. Cette action a permis de neutraliser une dizaine de terroristes"

Sur le même sujet

Un exemple de start-up en Auvergne

Les + Lus