• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Procès accident d'Allinges (74): Le chauffeur du car scolaire à la barre

Jean-Jacques Prost à la barre du tribunal correctionnel de Thonon les Bains, le 5 avril 2013 / © dessin Christophe Busti
Jean-Jacques Prost à la barre du tribunal correctionnel de Thonon les Bains, le 5 avril 2013 / © dessin Christophe Busti

Le 2 juin 2008, un TER assurant la liaison entre Evian-les-Bains et Genève
avait percuté un car scolaire en Haute-Savoie, tuant sept collégiens âgés de 11 à 13 ans et faisant 25 blessés. Vendredi 5 avril le témoignage du chauffeur du car était très attendu. 

Par Isabelle Gonzalez

Un chauffeur effondré

Cinq ans après le drame, Jean-Jacques Prost, le chauffeur, voulait s'expliquer de vive voix devant les familles, les parents attendaient ses explications.
"J'aurais préféré partir avec eux que d'être là aujourd'hui. Parce que ça, c'est terrible", a lâché en larmes, le chauffeur du car qui été avait percuté par unTER en 2008, tuant sept collégiens à Allinges (Haute-Savoie), vendredi 5 avril, lors du troisième jour du procès. "On roule des années, on fait toujours attention et là d'un seul coup, en dix
secondes, c'est parti", a poursuivi Jean-Jacques Prost, la voix tremblante, à la
barre du tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains.
Chauffeur de car pendant 18 ans, M. Prost, 54 ans, moustache et cheveux grisonnants,
n'avait jamais perdu un seul point de son permis de conduire avant l'accident du
2 juin 2008.

Jean-Jacques Prost avec son avocat. Tribunal de Thonon-les-Bains le 5 avril 2013 / © France3 Alpes

Regard dans le vide, débit haché, il a répondu une heure durant aux questions
du président, en cherchant souvent ses mots. "C'est des enfants que j'ai aimés. C'étaient les miens, quelque part, dans le car", a-t-il raconté.
Parmi les sept collégiens de 11 à 13 ans qui sont morts lors de l'accident, certains
lui parlaient régulièrement. "Ils avaient l'habitude de vous donner des petites
choses", lui a rappelé le président du tribunal, parlant de "doudous" et de "pendentifs"
à accrocher au rétroviseur intérieur de son car. "Oui, ils étaient très reconnaissants, respectueux", a acquiescé M. Prost. "Aujourd'hui, j'ai qu'une envie, c'est de partir avec mes gamins", a lâché le chauffeur d'une voix étranglée.
Il s'est adressé aux familles, en étouffant des sanglots: "Je tiens à leur dire
que je partage avec eux ces moments de douleur, depuis le début". Ne contenant plus ses larmes, M. Prost a aussi évoqué sa vie qui "s'est dégradée
petit à petit" et les "regards des gens qui le croisent dans la rue et qui ne lui disent plus bonjour".
Tremblant d'émotion, il a terminé son audition en pleurs, penché sur la barre
du tribunal, la tête entre les mains.

Manœuvres incertaines?

Auparavant, M. Prost avait été longuement interrogé sur ses différentes manoeuvres au moment de traverser le passage à niveau.
Il a raconté avoir d'abord "cru à une blague" quand il a entendu une élève dire
qu'une barrière se baissait alors que le car était engagé en plein milieu de la
voie ferrée.
M. Prost n'avait ni vu ni entendu les signaux de déclenchement du passage à niveau.
"J'étais dans l'ignorance totale", a-t-il assuré.
Freinant pour ne pas endommager le car, il n'a ensuite pas réussi à redémarrer,
la pédale d'accélération restant "bloquée au sol". "Je me suis senti piégé", a-t-il répété à maintes reprises.
L'enquête n'a pourtant pas révélé d'anomalie sur la pédale d'accélération du car.
Et le récit de M. Prost n'est pas compatible avec le rapport d'expertise qui estime
que le car est resté bloqué contre le trottoir après un braquage à droite.
"C'est flou dans ma tête", s'est excusé le chauffeur en reconnaissant que les
experts disaient peut-être vrai.
"Le plus terrible pour moi, c'est que j'aurais pu faire quelque chose (...). C'est
ça qui me ronge aujourd'hui", a-t-il dit.

SNCF et RFF alertés ou non sur la dangerosité du passage à niveau?

Entendus dans l'après-midi, la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF), sont eux aussi jugés pour homicides involontaires. Leurs représentants ont assuré n'avoir jamais été informés de la dangerosité du passage à niveau d'Allinges.
"Il y a un décalage énorme entre l'homme accablé qui assume sa part de responsabilité
et ces deux sociétés qui se renvoient la balle et ne savent même pas ce qu'elles font en terme de sécurité", a critiqué Maître Denis Dreyfus, avocat des parties civiles.

Le procès doit s'achever le 12 avril.

Procès d'Allinges : La parole est aux prévenus
Intervenants : Eric Charvet, père de Yannis décédé dans l'accident; Alain Duchamp, père de Léa décédée dans l'accident; David Héraclide, père d'une victime; Alban Pousset-Bougère, avocat du chauffeur

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Une danseuse de cabaret retrouvée morte à Taluyers, dans le Rhône, rappel des faits

Les + Lus