Un nouvel accident mortel de wingsuit dans les Bauges

Massif des Bauges. archive.
Massif des Bauges. archive.

L'homme originaire du Var s'est élancé samedi de la Dent de l'Arclusaz, dans le massif des Bauges. Il avait 41 ans. C'est le troisième accident  mortel en wingsuit dans les Alpes en une semaine, le cinquième cet été. Les pionniers de la discipline s'interrogent.

Par I.G et AFP


Il pratiquait le vol en wingsuit avec un ami qui a donné l'alerte dès 19h3, inquiet de ne pas le voir à l'atterrissage. Il s'était élancé de la Dent de l'Arclusaz., à 2.041 mètres d'altitude. Ce sommet domine la commune de Saint-Pierre-d'Albigny.

Les secouristes n'ont rien pu faire. Son corps a été découvert vers 20H00 par l'hélicoptère. "On ignore pour l'instant ce qui s'est passé", a indiqué la gendarmerie chargée de l'enquête.

C'est décidément une série noire pour cette discipline extrême. Cinq personnes sont mortes depuis le début de l'été dans les Alpes, dont trois cette seule semaine.( voir nos articles précédents)

Avec quelque 20 morts par an dans le monde, la discipline du wingsuit est celle qui affiche le plus fort taux de mortalité parmi l'activité des sauts de falaise.

" je me pose beaucoup de questions"


Erich Beaud, pionnier de la discipline, près de 6000 sauts à son palmarès, est le  fondateur de l'Association de paralpinisme, qui  rassemble  les adeptes des sauts en milieu naturel. Il  connaissait bien ce pratiquant du Var "très expérimenté, et réfléchi".

Et  Eric Beaud confie ses interrogations, lui qui fut il y a 30 ans, l'un des premiers Français à pratiquer ce sport, entre delta plane et chute libre :

"Je suis dans un océan de doutes, je me pose beaucoup de questions comme tous ceux qui pratiquent ce sport à haut niveau". (...) Cela fait deux-trois ans que l'on assiste à une augmentation du nombre d'accidents. Cela est certainement dû à l'évolution du matériel et des mentalités" mais le quinquagénaire se garde bien d'imputer ces raisons aux derniers accidents, dont on ne connaît pas encore précisément les circonstances. Les enquêtes sont en cours.

Toujours est-il qu'Erich Beaud cherche des explications :

"Les combinaisons sont gigantesques et de plus en plus performantes. Cela revient peut-être parfois à donner une Formule 1 à des personnes qui n'ont pas toujours les capacités de la piloter. Les GoPro aussi ont fait du mal, ces petites caméras que les sportifs fixent à  la tête pour filmer leurs "exploits" et les poster sur des sites de partage en ligne. Certains confondent les jeux vidéo et la réalité. Mais on n'a pas de deuxième chance en wingsuit. L'erreur humaine est toujours possible, quelle que soit son expérience, mais dans ce sport elle ne pardonne pas".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus