• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Fiona: la décision d'interpeller Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf prise en juin !

L'arrivée au palais de justice de Clermont-Ferrand de Berkane Maklouf, le compagnon de Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, le 26 septembre 2013. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
L'arrivée au palais de justice de Clermont-Ferrand de Berkane Maklouf, le compagnon de Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, le 26 septembre 2013. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand a indiqué, jeudi en fin d'après-midi, qu'il avait requis la mise en examen de Berkane Maklouf et de Cécile Bourgeon dans le cadre de la disparition de Fiona. Il a également indiqué que la décision d'interpeller le couple a été prise en juin.

Par Stéphane Moccozet

Le couple composé de Cécile Bourgeon et de Berkane Maklouf était dans le collimateur des enquêteurs depuis le mois de juin. Le procureur de la République de Clermont-Ferrand a indiqué, dans une conférence de presse tenue jeudi en fin de journée, que la décision d'interpeler la mère de Fiona et son compagnon avait été prise le mois suivant la disparition de la fillette. C'est l'état de santé de Cécile Bourgeon qui a retardé le lancement de l'opération, elle était enceinte au moment de la disparition de sa fille de 5 ans et devait accoucher dans les semaines suivantes.

Que s'est-il passé ?

Selon les informations divulguées à la presse par Pierre Sennès, le procureur de la République, la mère de la fillette aurait expliqué que "dans la nuit du 11 au 12 mai, son concubin a porté un coup à Fiona, qui a eu pour effet de provoquer un important hématome autour de l'œil et sur le côté de la tête, pendant la nuit Fiona a vomi à plusieurs reprises et qu'elle a été découverte morte le matin dans son lit".
Cécile Bourgeon a raconté avoir voulu chercher à appeler les secours "mais que Berkane Maklouf l'en a dissuadé arguant du fait qu'ils risquaient d'avoir des ennuis judiciaires", explique le procureur. Il poursuit : "ils ont convenu à ce moment-là de faire disparaître le corps".

La dissimulation du corps de Fiona

Pierre Sennès a présenté ensuite la manière avec laquelle le couple aurait fait disparaitre le corps. "Le corps a été mis dans un sac, le corps était nu" explique-t-il, le cas a ensuite été placé dans le coffre de la voiture puis ils sont partis "tous les trois", c'est-à-dire avec Eva, la petite soeur de Fiona. "Ils sont allés dans une zone forestière où Berkane Maklouf a fait un trou pour y déposer le corps de Fiona".

Les chefs d'inculpation

Sur la base de ces déclarations, le parquet a proposé au juge d'instruction de mettre en examen Berkane Maklouf pour "coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner avec deux circonstances aggravantes : les coups ont été portés sur une mineur de moins de 15 ans et la personne qui les a portés exerçait une autorité sur la victime" poursuit le procureur. Berkane Maklouf risque 30 ans de réclusion criminelle. Il lui est également reproché une infraction de non assistance à personne en danger, et recel ou dissimulation de cadavre. 
Cécile Bourgeon, quant à elle, est visée pour non assistance à personne en danger, pour recel ou dissimulation de cadavre, pour dénonciation de crime imaginaire et pour destructions ou modifications des preuves entravant l'action de la justice. Elle encourt une peine de 5 ans de prison. Le parquet demande enfin le placement de la mère de Fiona et de son compagnon en détention provisoire. Sur ce point, "le juge des détentions et des libertés se prononcera dans la soirée", explique Pierre Sennès.

Deux pistes à l'étude

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand a expliqué durant sa conférence de presse que, dès le signalement de la disparition de Fiona, deux pistes ont été privilégiées: "celle de l'enlèvement et celle de la piste familiale". Pierre Sennès explique que "le premier acte d'instruction du juge quand il a été saisi de la procédure a été de placer sur écoute l'ensemble de la famille et les proches du couple". "Cette deuxième piste a prospéré au fil des semaines, les enquêteurs ont recueilli de nombreux témoignages et ont effectué de nombreuses vérifications des emplois du temps, sur la pertinence des explications données". Le procureur explique que les enquêteurs ont eu le sentiment que cette piste devenait très intéressante et qu'elle devait être exploitée. "Un travail d'analyses criminelles a confirmé les anomalies" dit M. Sennès. Il a alors été "décidé de lancer une opération qui visait essentiellement Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf dès le mois de juin" mais elle a été différée puisque la mère de Fiona a accouché de son troisième enfant au mois d'août. 

Demande de mise en examen du beau-père et de la mère de Fiona
Les premières réquisitions du procureur Pierre Sennès sont contre Berkane Maklouf, les autres contre Cécile Bourgeon. Images : Fabrice Dutriaux. Journaliste : Valérie Riffard.

 

Sur le même sujet

Toujours sans nouvelles de Lorraine, disparue dans le Rhône

Les + Lus